Dépôt numérique
RECHERCHER

Inhibition du processus d'oxydation de la matière organique par le cuivre.

Talbot, Lévis (1973). Inhibition du processus d'oxydation de la matière organique par le cuivre. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 84 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB) | Prévisualisation

Résumé

Des échantillons d'un effluent domiciliaire ont été prélevés dans un réseau d'égoût séparé à Ste-Foy au cours de l'hiver 1973. Après avoir préfiltré les échantillons à travers un coton fromage, nous leur avons ajouté du cuivre sous forme ionique (Cu²⁺). Les concentrations finales de cuivre ajouté se situaient entre 0 et 20 mg/l. Nous avons ensuite incubé ces échantillons à la noirceur à 25°C et avons suivi pendant cinq jours l'évolution du cuivre ionique à l'aide d'une électrode sélective et la consommation d'oxygène à l'aide d'un respiromètre différentiel. De plus, nous avons déterminé la concentration de carbone organique de nos échantillons avant et après respiration. D'autres paramètres physico-chimiques tels que le carbone inorganique total, les nitrates et nitrites, les polyphosphates, les orthophosphates, les sulfates, les chlorures, le fer, la dureté totale et le pH ont été mesurés à intervales réguliers sur un échantillon "nature" et intoxiqué par différentes concentrations de cuivre ajouté sous forme ionique. Parallèlement à l'évolution de ces substances dans les échantillons, nous avons tenté de mesurer la consommation d'énergie chimique des échantillons en déterminant à intervalles réguliers la chaleur de combustion des substances en solution et en suspension, à l'aide d'une microbombe calorimétrique. Nos résultats montrent qu'une faible partie du cuivre ajouté se retrouve sous forme ionique. En effet, la constante de solubilité et les constantes de stabilité des complexes inorganiques et organiques nous indiquent qu'au pH de nos échantillons la majeure partie du cuivre ionique ajouté précipite ou se complexe. Les mesures de respiration des échantillons auxquels nous avons ajouté du cuivre montrent, pendant les premières heures d'incubation, une inhibition importante de la consommation d'oxygène. Après cette période d'acclimatation, le taux de consommation d'oxygène par ces échantillons devient sensiblement le même que celui des échantillons sans ajout, de cuivre. Cependant, à cause du retard initial, la consommation totale d'oxygène ainsi que la diminution de la concentration de carbone organique après' cinq jours d'incubation sont inférieures pour les échantillons intoxiqués par le cuivre. Nous avons cependant remarqué le phénomène inverse (une légère stimulation par le cuivre) dans un de nos échantillons auquel nous avions ajouté 1 et 0.1 mg/1 de cuivre.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Caillé, André
Mots-clés libres: biodégradation; carbone; cuivre; dégradation; effluent; électrode; inhibition; oxydation; précipité; respiration; respiromètre; toxicité
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 11 févr. 2014 21:33
Dernière modification: 17 mars 2016 12:46
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1987

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice