Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude en laboratoire des mécanismes de récupération du trichloroéthène (TCE) en phase résiduelle lors de l'injection de solution micellaires dans des sables.

St-Pierre, Chantal (2001). Étude en laboratoire des mécanismes de récupération du trichloroéthène (TCE) en phase résiduelle lors de l'injection de solution micellaires dans des sables. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de la terre, 98 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB) | Prévisualisation

Résumé

La récupération de la phase résiduelle des liquides immiscibles denses (LID) dans la zone saturée des sols est très complexe. L'injection de solutions de lavage est une méthode chimique récemment mise au point principalement pour extraire les contaminants récalcitrants à saturation résiduelle dans des aquifères. Des solutions de lavage composées d'alcool, d'une combinaison alcool/tensioactif anionique ou d'une combinaison tensioactif nonionique/tensioactif anionique ont été développées pour récupérer le trichloroéthène (TCE) en phase résiduelle. L'utilisation de diagrammes de phases pour la sélection des solutions de lavage s'est avérée une méthode simple, rapide et efficace. Les courbes de distribution tracées à l'intérieur des diagrammes de phases ont permis de prédire le principal mécanisme responsable de la récupération du TCE (solubilisation ou mobilisation) pour chaque solution retenue. Ces solutions ont par la suite été injectées en colonne de sable. L'analyse des effluents récupérés lors de ces essais a permis d'évaluer l'efficacité de récupération des solutions. Les essais en colonne de sable ont également permis de confirmer la validité de la méthode de prédiction des mécanismes de récupération par le biais des courbes de distribution. Les solutions injectées en colonnes de sable ont permis de récupérer de 1 % à près de 100% de TCE à saturation résiduelle. Les solutions qui ont récupéré le TCE par mobilisation sont généralement plus efficaces, c'est-à-dire qu'elles ont récupéré davantage de TCE en injectant moins de solution, que celles qui ont extrait le TCE par solubilisation. La combinaison de deux types de solutions est l'une des stratégies d'injection qui pourraient accroître la récupération du TCE. Une solution qui solubilise le TCE serait injectée à la suite d'une autre qui récupère la majorité du TCE par mobilisation. Évidemment cette approche nécessite des conditions hydrogéologiques favorables comme la présence d'un aquitard au-dessous de l'aquifère restauré. Même pour ces conditions, il peut être difficile de contrôler la migration verticale d'un banc de TCE. La dissolution in situ s'avère un mécanisme de récupération mieux adapté. Si la récupération n'est pas totale, une technique de biorestauration in situ pourrait également dégrader le TCE restant dans les aquifères suite à l’injection d’une solution nettoyante.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Martel, Richard
Co-directeurs de mémoire/thèse: Lefebvre, René
Mots-clés libres: récupération; trichloroéthène; trichloréthylène; TCE; liquides immiscibles denses; LID; sable; lavage de sol; aquifère; eau souterraine
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 11 févr. 2014 21:16
Dernière modification: 16 mars 2016 15:32
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1976

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice