Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude de la production de rhamnolipides par Burkholderia

Dubeau, Danielle (2009). Étude de la production de rhamnolipides par Burkholderia Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en microbiologie appliquée, 124 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Les rhamnolipides sont des molécules amphiphiles qui possèdent d'excellentes propriétés tensioactives. Grâce à leur biodégradabilité et à leur absence de toxicité, ce sont des candidats très prometteurs comme alternative aux surfactants synthétiques pour une variété d'utilisations industrielles ainsi que la biorestauration de sols contaminés. Les rhamnolipides ont été exhaustivement étudiés chez Pseudomonas aeruginosa à cause de leurs rôles dans certains comportements multicellulaires de cette bactérie, tels le développement de biofilm, la motilité « swarming » ainsi que comme facteurs de virulence. Nous avons découvert chez 8. pseudomallei, un pathogène important, ainsi que chez B. thai/andensis, une espèce génétiquement similaire à cette dernière mais non-pathogène, des gènes orthologues à rh/A, rh/B et rh/C, qui sont responsables de la production de rhamnolipides chez P. aeruginosa. De plus, nous avons aussi retrouvé des orthologues de ces gènes chez B. cenocepacia et B. ambifaria, deux espèces pathogènes opportunistes que l'on retrouve plus particulièrement chez les individus atteints de fibrose kystique. Contrairement à P. aeruginosa, ces quatre espèces contiennent les trois gènes nécessaires à la production de rhamnolipides dans un même opéron. De plus, chez 8. pseudama/lei et 8. thailandensis, on a constaté qu'il existe deux copies identiques paralogues de cet opéron. Nous avons investigué la production de rhamnolipides par ces espèces bactériennes dans différentes conditions de culture, incluant des milieux riches et minimaux ainsi qu'avec différentes sources de carbone. Deux des espèces de Burkha/deria étudiées, B. pseudamallei et 8. thailandensis, sont capables de produire des rhamnolipides similaires à ceux produits par P. aeruginosa, sauf qu'ils possèdent des chaînes plus longues d'acides gras hydroxylés en position 3. Le contenu en dirhamnolipides par rapport aux monorhamnolipides est beaucoup plus élevé chez Burkholderia que chez Pseudomonas. Cependant, nous n'avons pas encore trouvé de conditions favorables pour la production de rhamnolipides chez B. cenocepacia et B. ambifaria. En inactivant les deux copies du gène rh/A chez B. thailandensis, lesquels sont responsables de la synthèse des précurseurs des rhamnolipides, on a démontré que les deux opérons rh/ sont fonctionnels quoiqu'une des deux copies semble contribuer de façon prédominante à la production totale. Finalement, avec un double mutant rh/A qui est incapable de produire des rhamnolipides, on a démontré que la motilité « swarming » de B. thailandensis dépend de la fonctionnalité de ses deux opérons rhl.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Lépine, François
Mots-clés libres: biosurfactant ; pseudomonas ; aeruginose ; galleria ; mellonella
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 30 nov. 2015 19:56
Dernière modification: 30 nov. 2015 19:56
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/192

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice