Dépôt numérique
RECHERCHER

Analyse comparative des concentrations de solides en suspension et de la sédimentation en aval des tourbières exploitées (Nouveau-Brunswick).

Pavey, Bronwyn (2006). Analyse comparative des concentrations de solides en suspension et de la sédimentation en aval des tourbières exploitées (Nouveau-Brunswick). Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 144 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (10MB) | Prévisualisation

Résumé

Les tourbières sont des écosystèmes de première importance dans de nombreux pays nordiques, y compris le Canada. Le Canada est le premier producteur de tourbe horticole au monde. L'industrie génère des revenus considérables en particulier au NouveauBrunswick qui produit approximativement 30% de la tourbe canadienne, avec une valeur de 95 millions $CDN et 103 millions $CDN en 2003 et 2004 respectivement. La récolte de tourbe nécessite la dévégétalisation de la surface exploitée et le développement d'un réseau de canaux de drainage afin d'assécher la tourbe qui sera ensuite récoltée. Certaines juridictions, comme le Nouveau-Brunswick, recommandent que l'eau de drainage soit dirigée vers des bassins de sédimentation afin de minimiser les impacts et de retenir les particules en suspension. L'objectif de ce projet est d'étudier les concentrations de solides en suspension (CSS) et les sédiments qui se déposent en aval de trois tourbières exploitées et un site de référence. En 2003 et 2004, la turbidité de l'eau a été mesurée en continu à cinq stations durant la période sans-glace à l'aide de néphélomètres (OBS) ayant été calibrés in situ. Les analyses statistiques ont permis de comparer les médianes des CSS. Ces analyses ont démontré que le taux de dépassement de la norme néo-brunswickoise (25 mg/L) est de l'ordre de 72% pour les tourbières exploitées et 30% pour le site de référence. La CSS a été plus élevée en automne mais été néanmoins élevée et supérieure à la norme néo-brunswickoise durant toutes les saisons. Les taux de sédimentation de sédiments fins en aval des tourbières ont aussi été comparés. Des trappes à sédiments ont été déployées aux mêmes sites que les néphélomètres. Les résultats démontrent que le sable fin (0,25-0,5 mm) est la catégorie dominante de sédiments déposé avec 42% de la masse totale. Le site de référence avait une distribution de sédiments plus uniforme. Le pourcentage médian de matière organique dans les sédiments déposés était 4,39% aux sites exploités comparés à 22,64% au site de référence. De plus, les taux de sédimentation diffèrent entre les sites de récolte et le site de référence avec une accumulation de 19,42 kg/m²/an et 4,07 kg/m²/an respectivement. Les sources principales de sédiments incluent: l'érosion des canaux de drainage et des berges, l'érosion de la surface exploitée causée par la pluie et le dépôt de particules de tourbes dans les canaux de drainage lorsqu'elles sont mobilisées par les aspirateurs utilisés pour la récolte. Des études futures devraient davantage cibler la conception des bassins de sédimentation et considérer des mesures d'atténuation de CSS plus efficaces. Une révision de la norme néo-brunswickoise est fortement suggérée.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: St-Hilaire, André
Co-directeurs de mémoire/thèse: Courtenay, Simon C.; Bobée, Bernard
Mots-clés libres: concentration; solide en suspension; sédimentation; tourbières; exploitation; ruisseau drainant; Nouveau-Brunswick
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 17 déc. 2013 21:27
Dernière modification: 17 mars 2016 13:59
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1914

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice