Dépôt numérique
RECHERCHER

Les immigrants russophones à Montréal, une ou plusieurs communautés? : Étude exploratoire.

Billette, Amélie (2005). Les immigrants russophones à Montréal, une ou plusieurs communautés? : Étude exploratoire. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 161 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Dans le contexte des phénomènes migratoires, la métropole québécoise devient une terre d’accueil pour un grand nombre de nouveaux arrivants d’origines des plus diverses. Étrangers dans la ville, les immigrants ont tendance à se regrouper et à former une communauté afin d’accélérer et de faciliter l’adaptation à leur nouvel environnement. La communauté ethnique se constitue selon des formes variées. La présente recherche s’attarde à quatre dimensions de ce qui, au départ, pouvait être présumé comme une « communauté ethnique » : institutionnelle, territoriale, relationnelle et symbolique. Plus concrètement, la recherche s’intéresse aux Russophones issus de la dernière vague d’immigration en provenance des quinze États post-soviétiques. Forment-ils une seule communauté? Un portrait historique des différentes vagues d’immigration en provenance de l’ex-URSS ainsi qu’un profil sociodémographique ont été dressés, afin de mettre en perspective et de bien cerner les caractéristiques de cette dernière vague d’immigrants. Par la suite, le gros de la recherche a exploré la vie associative mise sur pied par des représentants de la dernière vague. Les associations de différents types ont été sélectionnées, à la fois culturel, récréatif, religieux, d’aide aux immigrants et virtuel. Nous avons examiné ces associations sous plusieurs angles : leur processus d’établissement, leurs objectifs et activités, le profil de leurs membres, les relations entretenues avec les autres associations russophones récentes ou plus anciennes et leur localisation dans le territoire urbain. Après avoir retracé l’histoire de chacune, nous avons interrogé plus en détails les représentants de ces institutions et organismes sur leur perception de la présumée communauté russophone. S’ajoutent à cette série d’entrevues semi-dirigées, des séances d’observation et la consultation des ressources médiatiques et virtuelles russophones. Nos résultats suggèrent l’existence d’une communauté ethnique chez cette population mais sous une forme non institutionnelle, hétérolocale, informelle et symbolique. Nous avons observé que la dimension imaginée est prééminente au sein de la communauté. Cet aspect atteste du caractère dynamique, construit et négocié propre à une communauté ethnique. D’autre part, même si le contingent récent représente un large éventail d’origines ethniques, nous pensons, au terme de notre analyse, qu’il existe une communauté russophone qui englobe l’ensemble de ces immigrants au-delà des différences nationales, ethniques, culturelles, territoriales ou religieuses de cette population. Même si ces immigrants russophones ont conservé une appartenance ethnique locale, ils ont avant tout préservé leur lien identitaire avec l’ancien monde soviétique. Cette dernière identification, russophone, est celle sur laquelle nous nous basons pour affirmer qu’il existe une communauté ethnique d’immigrants d’ex-URSS.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Germain, Annick
Mots-clés libres: Immigrant russe; communauté ethnique; association; immigration; profil sociodémographique; statistique; population russophone; ex-URSS; Montréal.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 28 juin 2012 15:37
Dernière modification: 17 juill. 2015 15:49
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/19

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice