Dépôt numérique
RECHERCHER

Identification des causes des nuisances organoleptiques d'une eau lacustre à potabiliser et proposition d'un procédé de traitement.

Lessard, Sylvie (1993). Identification des causes des nuisances organoleptiques d'une eau lacustre à potabiliser et proposition d'un procédé de traitement. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 186 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (16MB) | Prévisualisation

Résumé

La qualité organoleptique de l'eau potable est importante, car les goûts, les odeurs, la couleur et la turbidité sont directement évalués par le consommateur qui accepte ou refuse le produit. Les problèmes de goûts et d'odeurs sont connus à travers le monde et ont pour origine une variété de sources. Au Québec, on a repéré une petite municipalité beauceronne, East- Broughton station, dont l'eau potable d'origine lacustre présente des problèmes de goûts et d'odeurs. L'objet de cette étude est de déterminer la cause des nuisances organoleptiques de l'eau de consommation de cette municipalité et de suggérer un procédé de traitement. La première partie du projet étudie la qualité physico-chimique, bactériologique, biologique et esthétique de cette eau, avant et après traitement au bioxyde de chlore, puis dans le réseau de distribution. L'analyse qualitative des goûts et des odeurs présents dans l'eau potable d'East-Broughton station, a été réalisée avec la participation de trois citoyens(nes) résidents de la municipalité concernée. Les résultats indiquent que généralement, l'eau du robinet a un goût et une odeur de terre qui peuvent être très désagréables. La littérature abonde sur le phytoplancton et les produits de leur métabolisme en relation avec certains goûts et odeurs. Des analyses de chlorophylle "a" ainsi que l'identification et le dénombrement des organismes phytoplanctoniques présents dans l'eau ont été effectuées afin de vérifier s'il y a un lien entre d'une part les goûts et les odeurs et d'autre . part le phytoplancton. Les résultats montrent effectivement qu'il y a présence de chlorophylle "a" à toutes les stations d'échantillonnage. Environ 17 genres de phytoplancton sont retrouvés dans l'eau à l'été 1991. Les genres rencontrés le plus souvent sont Mallomonas, Asterionnella, Gomphosphearia, Chroococcus et Melosira. Le genre Mallomonas est complètement détruit par le bioxyde de chlore; par contre, sa destruction est susceptible d'entraîner la libération de produits du métabolisme responsables de certains goûts et odeurs dans l'eau. D'autres genres (exemple: Asterionella, Chroococcus) résistent à la chloration et continuent de produire des composés donnant des goûts et des odeurs dans l'eau, en plus de servir éventuellement de vecteur de transport et de nourriture aux bactéries. Certains genres comme Oscillatoria sont susceptibles de se fixer aux conduites, causant ainsi des problèmes de goûts et d'odeurs, de corrosion, de sites de fixation et de nourriture pour les organismes bactériens. Les analyses physico-chimiques et biologiques effectuées sur l'eau du réseau de distribution d'East-Broughton station, ont permis de caractériser les variations temporelles de ces paramètres. La Direction des eaux souterraines et de consommation du ministère de l'Environnement du Québec nous a aussi fourni des résultats au sujet de la qualité de l'eau potable de cette municipalité. Ces résultats indiquent que l'eau de la municipalité d'East-Broughton station est en général de bonne qualité physico-chimique; cependant, sa qualité bactériologique est douteuse. De plus, l'eau contient des concentrations élevées de carbone organique dissous qui peut favoriser à la fois la croissance de bactéries à l'intérieur du réseau et la formation de composés halogènes suite à la chloration de l'eau. Les analyses microbiologiques indiquent qu'une partie des goûts et des odeurs pourrait provenir des bactéries vivant dans les conduites du réseau, vraisemblablement par suite de la libération de produits du métabolisme. Suite à l'étude de la littérature au sujet des problèmes de goûts et d'odeurs dans l'eau potable et leur traitement, des solutions ont été proposées pour tenter de remédier aux problèmes du réseau étudié. Le protocole de traitement proposé contient quatre procédés différents du traitement actuel. Le premier traitement consiste à vérifier l'efficacité du charbon actif en grains (CAG) employé seul dans le contrôle des goûts et des odeurs. Le deuxième système comprend une pré-désinfection au bioxyde de chlore suivie d'une filtration sur CAG. Une troisième méthode comporte une pré-chloration suivie de la filtration sur CAG et d'une post-désinfection avec le bioxyde de chlore. La quatrième solution comprend la filtration sur CAG suivie d'une post-désinfection avec le bioxyde de chlore. L'efficacité potentielle de tous ces procédés sera discutée et comparée à celle du traitement actuel qui consiste en une seule désinfection au bioxyde de chlore.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Couillard, Denis
Co-directeurs de mémoire/thèse: Lafrance, Pierre
Mots-clés libres: organoleptique; physico-chimiques; biologie; bactériologe; eau lacustre; eau potable; statistique; traitement; station East-Broughton
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 10 févr. 2014 19:00
Dernière modification: 24 nov. 2015 15:58
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1843

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice