Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude approfondie des systèmes de communication intercellulaire chez la bactérie Pseudomonas aeruginosa

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Dekimpe, Valérie (2010). Étude approfondie des systèmes de communication intercellulaire chez la bactérie Pseudomonas aeruginosa Thèse. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Doctorat en biologie, 457 p.

[img] PDF
Document sous embargo jusqu'à 7 Août 2020.

Télécharger (23MB)

Résumé

Depuis la découverte de la pénicilline en 1928, les antibiotiques sont devenus le traitement antibactérien le plus efficace dans la lutte contre les infections bactériennes. Toutefois, la découverte de chaque nouvel antibiotique s'est toujours soldée par l'apparition d'un phénomène de résistance à celui-ci, dû à l'impressionnante adaptabilité bactérienne (Clatworthy et al., 2007). Les antibiotiques tuent ou inhibent la croissance des bactéries en ciblant des composants propres aux procaryotes tels que la paroi bactérienne, la réplication de l'ADN ou la synthèse ribosomale. Ce mécanisme d'action génère une pression sélective favorisant la survie de bactéries résistantes. Idéalement, les futurs traitements antibactériens devraient limiter le phénomène de pression sélective. Dans ce but, cibler non pas la croissance bactérienne mais plutôt l'expression de la virulence ou l'interaction hôte-pathogène devient une avenue plus prometteuse. Ainsi, la diminution de l'effet pathogène des bactéries permettrait au système immunitaire de les éliminer efficacement et sans dommage pour 1'hôte. Les systèmes de communication intercellulaire permettent aux bactéries de se synchroniser dans 1'expression de nombreux facteurs en fonction de leur densité de population. Ceux-ci font donc partie des cibles les plus intéressantes pour lutter contre les pathogènes bactériens, puisqu'ils régulent généralement l'expression de leur virulence sans affecter leur croissance. Il est donc fondamental de cerner précisément le fonctionnement de ces systèmes de communication afin d'élaborer des stratégies fines pour les inhiber efficacement. La présente thèse porte sur 1'étude approfondie des trois systèmes de communication intercellulaire chez la bactérie Pseudomonas aeruginosa. Dans le premier chapitre, les systèmes Las et Rhl seront présentés, ainsi que les contributions personnelles que j'ai apportées pour une meilleure compréhension de leur interaction. Les deux autres chapitres portent sur le troisième système de communication découvert chez P. aeruginosa, et appelé MvfR-PQS. Dans un premier temps, j'apporte des précisions importantes sur les voies de biosynthèse des molécules- signal, appelées les 4-hydroxy-2-alkylquinolines ou HAQ, impliquées dans ce nouveau système. Dans un second temps, je résume les connaissances apportées sur !•étude d•une protéine, nommée PqsE, jouant un rôle fondamental dans 1•expression des facteurs de virulence contrôlés par ce système.

Type de document: Thèse Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Déziel, Éric
Mots-clés libres: quorum ; sensing ; haq ; hhq
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 07 août 2018 13:53
Dernière modification: 07 août 2018 13:53
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/182

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice