Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude de l'apparition tardive des anticorps neutralisants dans le cadre d'une infection par le virus de la chorioméningite lymphocytaire

Daugan, Matthieu (2011). Étude de l'apparition tardive des anticorps neutralisants dans le cadre d'une infection par le virus de la chorioméningite lymphocytaire Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 81 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Les infections virales persistantes sont un réel problème de santé publique. À l'échelle mondiale, les seuls virus du SIDA et des hépatites B et C représentent plus de 500 millions de cas. Une des particularités de ces infections est de présenter, contrairement aux infections aigues, une apparition tardive des anticorps neutralisants (AcN) normalement présents pour empêcher la dissémination des particules virales dans tout l'organisme. Le but de ce projet de maîtrise est d'étudier les mécanismes impliqués dans cette réponse humorale tardive suite à une infection par un virus murin modèle des infections humaines persistantes : le virus de la chorioméningite lymphocytaire (LCMV). Deux hypothèses ont été privilégiées dans ce projet : L'interleukine 10 (IL-10) est fortement produite durant les infections persistantes et inhibe la réponse cellulaire, elle pourrait aussi avoir un effet identique sur la réponse humorale. LCMV provoquerait un défaut de la maturation d'affinité, entrainant ainsi un retard dans l'apparition des AcN. La première hypothèse est basée sur l'analyse de la production d'AcN dans le cadre d'une infection en l'absence d'IL-10. Des souris IL-10 KO et C57BL/6 ont été infectées avec LCMV Clone 13 (persistant) ou Armstrong (non persistant) et l'apparition des AcN contre le virus ou la persistance virale ont été observées. Les résultats ont permis d'arriver à la conclusion que I'IL-10 n'est pas impliquée dans la production tardive des AcN dans le cadre d'une infection par LCMV. La seconde hypothèse repose sur une analyse parallèle de l'affinité des anticorps (Ac) contre un antigène non lié dans le cadre d'infections à deux virus : LCMV et le virus de la stomatite vésiculaire (VSV), qui entraine une infection aigue. Des souris ont été infectées avec l'un ou l'autre des virus puis immunisées quelques jours après infection par une injection de nitrophenyl (NP). La réponse humorale montée contre le NP a ensuite été analysée à différents moments post-immunisation par prélèvement de sang sur lequel a été pratiqué un test ELISA contre le NP. Ces études ont démontré un délai de la réponse lgM et lgG contre le NP chez les animaux infectés avec LCMV contrairement aux animaux infectés avec VSV ou non-infectés. Cependant, l'affinité des dits-Ac n'était pas affectée par la nature de l'infection. Dans leur ensemble, les résultats obtenus ne démontrent pas une influence de I'IL-10 sur la cinétique et la vigueur de la réponse humorale, mais confirment les spéculations que LCMV module la réponse humorale globale et non pas seulement celle dirigée spécifiquement contre lui-même. Ces résultats ouvrent la porte à la compréhension des mécanismes de persistance des virus humains et murins. Une investigation plus poussée à propos des mécanismes impliqués dans cette apparition tardive globale des Ac et lors d'infections par d'autres virus persistants permettrait de dresser un portrait plus complet du processus menant au retard de la réponse humorale.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Lamarre, Alain
Mots-clés libres: lcmv ; hepatite c ; vih ; vsv
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 28 sept. 2016 18:42
Dernière modification: 28 sept. 2016 18:43
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/177

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice