Dépôt numérique
RECHERCHER

Ville, village, banlieue : quelles différences quand vient le temps de donner du sang?

Carrier, Élianne (2013). Ville, village, banlieue : quelles différences quand vient le temps de donner du sang? Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 124 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Une précédente étude, sur la géographie du don de sang au Québec, a démontré qu’il y a des variations dans le nombre de dons selon les régions (Cloutier, Apparicio et Charbonneau, 2011). En se basant sur ces résultats, l’objectif de ce projet est d’étudier les particularités des donneurs de sang selon leur milieu de vie à savoir si la dichotomie entre les milieux ruraux et urbains sont toujours actuels et qu’en est-il pour les habitants de la banlieue? Afin de répondre à ces interrogations, nous avons fait des entretiens avec plus de 50 donneurs de sang à travers différentes régions pré-déterminées du Québec. Nous avons analysé leurs réponses à travers un modèle intégrant des notions de comportements de santé basées sur le modèle structurel de Cohen et al. (2000) et d’attachement au lieu selon le modèle tridimensionnel de Scannell et Gifford (2010). Nos résultats démontrent que, de façon générale, les modes de vie associés à chaque milieu tendent à influencer les donneurs de sang. Cela peut se traduire principalement sur le temps accordé au don de sang. Pour les ruraux, les collectes de sang sont souvent perçues comme un évènement. Le nombre de sollicitations pour différentes causes chez les urbains fait en sorte qu’ils repoussent souvent le don de sang soit par manque de temps ou simplement par oubli. Les banlieusards quant à eux, se caractérisent par l’importance qu’ils accordent à leur famille. De ce fait, le don de sang doit s’imbriquer avec leur routine familiale ===== A previous study describing the geodemographic portrait of blood donation in Quebec confirms that blood donation varies according to the different regions, despite their population density and the mean distance to collection sites (Cloutier, Apparicio et Charbonneau, 2011). Following these results, the aim of this project is to explore what is particular about donors in each milieu: Is the usual dichotomy between rural and urban donors still relevant? What about the donors living in suburbs? In order to answer those questions, we interviewed 56 donors, either active or non-active for the past three years in several pre-determined regions of Quebec (urban, rural, suburbs). We then analysed their answers under an original model integrating notions of 1) health behaviour from the Cohen et al. (2000) structural model and 2) place attachment from the Scannell and Gifford (2010) tripartite model. Results demonstrate that, despite an uneven distribution of “physical” structure and time frame to collect blood all around the province, the values associated with territorial belonging might have an influence on donors. Our results demonstrate that, in a general way, the lifestyles associated to every environment tend to influence the blood donors. It is suggest important differences between these settings related to the influence of social structures (very strong in rural environment), physical structures (very strong in all environments, but in different ways), and place attachment (very strong in rural and urban settings).

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Cloutier, Marie-Soleil
Mots-clés libres: Don de sang; donneur; particularité; influence; milieu urbain; milieu rural; banlieue; comportement de santé; attachement au lieu; province; Québec; entretien ===== blood donation; urban region; rural region; suburbs; health behavior; place attachment; interview.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 30 oct. 2013 18:21
Dernière modification: 17 juill. 2015 17:22
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1675

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice