Dépôt numérique
RECHERCHER

La construction politique d'un quartier : St-Michel et la controverse sur la carrière Miron.

Alain, Martin (2002). La construction politique d'un quartier : St-Michel et la controverse sur la carrière Miron. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 144 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Dans le contexte d’une réorganisation municipale majeure sur l’île de Montréal et ailleurs au Québec, cette étude s’intéresse aux espaces infra-municipaux (quartiers, arrondissements) et leur caractère politique. Fort d’une revue de la littérature qui témoigne du côté polysémique de la notion de quartier (neighborhood) et le débat toujours non résolu sur la nature politique du quartier, la recherche s’attarde à explorer celle-ci en présentant un portrait qui se veut le plus complet possible de ses composantes. En regroupant ces dernières sous les catégories de ressources politiques et de légitimité politique, l’étude explore ainsi le côté politique de ce territoire à travers la capacité politique de celui-ci. Plus concrètement, la recherche part d’une analyse d’une controverse d’aménagement urbain ayant révélé le poids politique d’un quartier, pour explorer la construction de cet espace politique en repérant les composantes de sa capacité politique. Il s’agit en l’occurrence d’un dossier fort controversé qui depuis plus de 30 ans fait la manchette régulièrement : l’ancienne Carrière Miron. Cette carrière, située dans le quartier St-Michel à Montréal, fut d’abord reconnue pour son ciment, puis comme le troisième plus important site d’enfouissement de déchets en Amérique du Nord et le premier en milieu aussi fortement urbanisé. Ce dossier, qui fit l’objet de promesses électorales de fermeture de la part de trois administrations montréalaises consécutives, s’est révélé être l’un des dossiers environnementaux à Montréal où les débats furent les plus nombreux ces dernières décennies. C’est à travers l’étude de ce cas que la recherche tente d’identifier quels sont les éléments indispensables et ceux qui le sont moins dans la construction et/ou le maintien du quartier comme espace politique. Pour y arriver, plusieurs entretiens ont été menés avec des informateurs clés en provenance des milieux communautaire, politique et administratif de la Ville de Montréal et particulièrement du quartier St- Michel, le tout appuyé par une recherche documentaire au sein des archives rattachées aux nombreuses consultations publiques qui se sont penchées sur le dossier Miron. Nous en arrivons à la conclusion selon laquelle ce sont les ressources de la société civile (endogènes au quartier) et les éléments de légitimité, plus que les ressources institutionnelles (exogènes), qui semblent avoir joué dans, l’espace d’un enjeu, ce qui s’est révélé être la construction politique du quartier St-Michel. La territorialisation de l’enjeu apparaît à cet égard une variable stratégique. Tout en rappelant la nécessité d’effectuer des recherches subséquentes pour venir préciser le rôle de ces composantes, la présence d’enjeux comme composantes supplémentaires, le caractère non permanent de l’espace politique infra-municipal ainsi que l’enchevêtrement entre les ressources endogènes et exogènes au quartier sont également discutés.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Germain, Annick
Mots-clés libres: Administration; aménagement; carrière; citoyen; civil; déchet; enfouissement; environnement; espace; infra-municipal; intervention; Saint-Michel; Miron; Montréal; lien; municipal; participation; planification; politique; quartier; représentativité; site; social; société; urbain.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 22 juin 2012 13:23
Dernière modification: 17 juill. 2015 18:21
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/16

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice