Dépôt numérique
RECHERCHER

Plasticité de la région hypervariable entre les gènes de la matrice et de la fusion du virus de la maladie de carré

Castan, Alexandre (2010). Plasticité de la région hypervariable entre les gènes de la matrice et de la fusion du virus de la maladie de carré Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 91 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Le virus de la maladie de Carré (CDV) qui infecte de nombreux carnivores appartient au genre Morbillivirus. Ce dernier, comprend entre autres le virus de la rougeole (MeV) qui tue encore à nos jours environ 200 000 personnes par année. Le génome des morbillivirus est constitué d'un ARN de polarité négative qui possède six unités transcriptionnelles codant pour huit protéines. Chaque gène est séparé par une région non traduite qui contient les signaux d'initiation et d'arrêt de la transcription. La région M-F située entre les gènes de la matrice et de la fusion est jusqu'à cinq fois plus longue que les autres régions intergéniques. De plus, elle est hypervariable chez le CDV. Récemment, il a été démontré que cette région est essentielle pour la virulence de ce dernier. L'infection des furets par le CDV reproduit la maladie observée chez les humains infectés par le MeV avec une forte fièvre, des rougeurs de peau, des signes gastro­ intestinaux et l'immunosuppression. Grâce à ce modèle d'étude, nous avons été en mesure d'identifier les déterminants de la virulence dans la région M-F du CDV. Par génétique inverse, nous avons produit des virus recombinants à partir d'une souche virulente du CDV dans laquelle la région M-F a été échangée avec celle d'une autre souche virulente ou vaccinale ainsi que celle d'une souche du MeV./n vitro et chez le furet les virus recombinants possédant les différentes régions M-F du CDV se sont comportés comme la souche parentale, indiquant ainsi que l'hypervariabilité n'a pas d'impact sur la fonctionnalité de la région. Par contre, l'insertion de la région du MeV a entraîné une légère prolongation de la maladie démontrant que des éléments importants dans le maintien de la virulence sont spécifiques au CDV. De plus, ces éléments ont été localisés dans la portion M 3' de la région M-F puisque l'insertion de cette dernière seule a mené à une prolongation de la maladie. Des délétions de la région M-F ont permis de souligner l'importance de la longueur de cette dernière dans le maintien de la virulence étant donné que les virus possédant ces délétions ont mené une légère prolongation de la maladie. Toutefois, il a été démontré que ce sont des éléments conservés dans la portion M 3' qui sont responsables du contrôle de la virulence par la région M-F. En effet, le remplacement de la portion M 3' par une séquence aléatoire a entraîné l'atténuation du CDV. En résumé, cette étude a identifié des éléments conservés dans la région M 3' comme déterminants principaux de la fonction régulatrice de la région M-F. En plus d'augmenter nos connaissances de la biologie morbillivirale, nos résultats suggèrent aussi une nouvelle approche de production des virus atténués.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: von Messling, Veronika
Mots-clés libres: cdv
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 22 oct. 2012 15:33
Dernière modification: 18 déc. 2015 16:36
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/157

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice