Dépôt numérique
RECHERCHER

Effet de la neige artificielle sur des écosystèmes montagneux.

Devarennes, Ginette (1994). Effet de la neige artificielle sur des écosystèmes montagneux. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 78 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (26MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Cette étude avait pour but de voir l'effet de la neige artificielle sur des écosystèmes montagneux. Pour faire ceci nous avons caractérisé la physico-chimie de la neige artificielle et de ses eaux de fonte par rapport à la neige naturelle en utilisant un modèle auparavant seulement utilisé pour la neige naturelle. Nous avons également évalué l'impact des eaux de fonte sur la chimie des eaux de l'horizon supérieur du sol. De plus, nous avons déterminer l'impact des eaux de fonte de la neige artificielle sur la germination de certaines espèces d'arbres du Québec soit le bouleau jaune (Betula lutea) et l'épinette blanche (Picea glauca) dans le laboratoire et sur le terrain. Finalement nous avons effectué un relevé floristique sur deux sites ayant de l'enneigement différent pour voir si la végétation était différente. En somme, les résultats des études sur la fonte des neiges en laboratoire ont démontré qu'en dépit de leurs origines différentes et des grands écarts entre leurs compositions chimiques relatives, la distribution des ions majeurs dans les gouttelettes congelés fabriquées par des canons à neige est semblable à celle de la neige naturelle au sol. Les coefficients de lessivage (fractionnation) dans les eaux de fonte ne sont pas statistiquement différents entre les neiges artificielles et les neiges naturelles et on observe le même patron d'élution préférentielle des espèces Na⁺, Cl⁻, N03-, et S042- Elles se comportent donc de la même manière malgré les concentrations initiales différentes. On peut ainsi simuler la composition de la fonte de neige à l'aide des modèles déjà utilisés pour la neige naturelle. Ces travaux ont également montrés que le sol semble avoir un effet tampon sur les eaux de fonte. Le sol contrôlerait la quantité d'ions disponibles en solution par des processus d'absorption, de désorption et par l'activité microbiologique du sol. Cette étude a aussi démontré que même si les chimies des eaux de fonte provenant de la neige artificielle et de la neige naturelle sont très différentes, il ne semble pas y avoir d'effet sur la germination des deux espèces végétales étudiées, le bouleau jaune (Betula lutea) et l'épinette blanche (Picea glauca). Les résultats des études sur la germination du bouleau jaune et de l'épinette blanche ont permis de conclure que même si les concentrations des espèces chimiques dans les eaux de fonte de neige artificielle étaient de 2 à 40 fois supérieures à celles dans la neige naturelle il ne semble pas y avoir d'effet sur le taux de germination de ces deux espèces. À court terme, les eaux de fonte plus concentrées de la neige artificielle n'auraient aucun effet sur les deux espèces végétales étudiées par rapport à la neige naturelle. Pour les transects traversant une piste de ski où il y a seulement de la neige naturelle et une piste de ski où il y a un mélange de neige naturelle et de neige artificielle, nous avons trouvé que trois espèces de plantes semblaient préférer le côté où il y avait seulement de la neige naturelle. Ces plantes étaient: Clintonia borealis, Dryopteris phegopteris et Oxalis montana. Seulement une espèce se trouvait surtout du côt-é de la piste où il y avait de la neige artificielle soit Trillium erectum. Toutefois on ne peut pas dire que ces tendances sont exclusivement dû es au type de neige. D'autres paramètres pourraient influencer les tendances observées. L'effet de la neige artificielle sur des espèces végétales n'est pas encore très bien connu. À première vue, il ne semble pas y avoir d'effet sur la germination des espèces types. Toutefois les périodes de croissance annuelle subséquentes aux fontes de neige peuvent être déterminantes dans la réussite des espèces à maintenir leurs présences dans le milieu.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Jones, H. Gerald
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: neige artificielle; écosystèmes montagneux; arbre; bouleau; canon; chimie; eau; enneigement; épinette; flore; fonte; germination; impact; montagne; physico-chimie; piste; ski; sol; végétation
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 27 août 2013 19:58
Dernière modification: 17 nov. 2015 16:58
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1482

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice