Dépôt numérique
RECHERCHER

Hydrogéochimie d'eaux souterraines dans la ceinture métasédimentaire centrale de la province géologique du Grenville, Québec.

Couture, Guillaume (1997). Hydrogéochimie d'eaux souterraines dans la ceinture métasédimentaire centrale de la province géologique du Grenville, Québec. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de la terre, 122 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Les roches sont susceptibles de conférer une signature géochimique aux eaux souterraines qui y circulent. Ainsi, si la qualité de l'eau peut être influencée par un type de roche particulier, la géologie peut devenir un indicateur de salubrité. La région au sud-est de Mont-Laurier est particulièrement intéressante pour tester cette hypothèse, en raison des importants contrastes lithologiques qu'on y retrouve. L'analyse de 157 échantillons d'eaux souterraines révèle que les ions dominants sont de loin Ca²⁺ (3,03 à 48,3 % eq) et HC03- (0,959 à 48,1 % eq). Ces concentrations semblent initialement sans rapport avec la roche-source. Les relations existant entre les autres éléments majeurs (Na⁺, K⁺, Mg²⁺, SO42- et C1⁻) ainsi que Fe²⁺, Sr²⁺ et Al³⁺ deviennent plus systématiques si la composition chimique de l'eau est considérée en fonction de quatre grandes familles de roches: les gneiss, les marbres, les intrusions granitoïdes et les intrusions alcalines potassiques. Selon ces regroupements d'effectifs, on discerne une alcalinité, des concentrations de HC03- et un pH plus élevés dans les marbres. Ces paramètres décroissent lorsque l'on passe des gneiss aux intrusions granitoïdes et enfin, aux intrusions alcalines potassiques. Dans tous les cas, on note une nette covariation (1) de F⁻, K⁺, Mg²⁺, Mn²⁺, Na⁺, SO42- et Sr²⁺de même que (2) de Ba²⁺ et Cu²⁺. Le premier groupe est systématiquement enrichi dans les eaux plus alcalines, et le second, appauvri. L'aluminium quant à lui ne semble être un discriminant que dans les eaux des suites intrusives potassiques. La signature géochimique en éléments traces se trouve considérablement affaiblie, voire oblitérée, lorsque comparée à celle des roches-sources. Leur propagation se trouve sans doute ralentie par des phénomènes d'adsorption/désorption ainsi que par la précipitation et coprécipitation, processus qui jouent ainsi un rôle important dans la composition chimique de l'eau potable. Par ailleurs, le temps de contact roche-eau, facteur important dans l'acquisition du contenu dissous, semble réduit dans nos localités d'échantillonnage. En effet, les niveaux de 180 reflètent ceux des précipitations locales, plutôt que d'être appauvris par l'échange avec l'oxygène minéral. Dans le même sens, les âges ³H indiquent que les eaux sont généralement postérieures à 1953. L'ensemble de ces mécanismes concoure à oblitérer toute signature géochimique particulière qui permettrait d'associer la composition de l'eau souterraine à une ou plusieurs lithologies particulières.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Tassé, Normand
Co-directeurs de mémoire/thèse: Corriveau, Louise
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: cartographie géologique; qualité; hydrogéochimie; eaux souterraines; ceinture métasédimentaire; puits d'alimentation domestique; roche; géologie; hydrogéologie; pédologie; province de Grenville
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 27 août 2013 15:41
Dernière modification: 12 nov. 2015 20:10
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1459

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice