Dépôt numérique
RECHERCHER

Caractérisation et datation au carbone-14 par spectrométrie de masse à accélérateur (SMA 14C) des pellicules de silice amorphe associées aux sites rupestres; l'exemple du site Nisula, Québec, Canada.

Aubert, Maxime (2003). Caractérisation et datation au carbone-14 par spectrométrie de masse à accélérateur (SMA 14C) des pellicules de silice amorphe associées aux sites rupestres; l'exemple du site Nisula, Québec, Canada. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de la terre, 88 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Le dioxyde de silicium hydraté amorphe (Si02.nH20) ou opale-A est déposé naturellement à partir de l'eau d'infiltration et de ruissellement. Les revêtements de silice se forment séquentiellement en pellicules très minces et le taux d'accrétion est principalement contrôlé par l'apport de silice en solution sur la surface rocheuse. La datation de concrétions siliceuses offre le potentiel d'évaluer l'ancienneté relative des sites rupestres lorsque la roche a été recouverte par différentes couches de silice amorphe avant et après la création de dessins, de peintures et de gravures. Cette recherche tente de documenter leurs compositions, leurs textures et leurs structures afin d'établir leurs propriétés communes dans le but de développer une technique permettant de les dater. Initialement, les pellicules de silice commencent à se former sur les surfaces rocheuses stables par un processus comportant l'évaporation et la polymérisation ionique de l'acide silicique présente dans l'eau d'infiltration et de ruissellement. L'agrégation des particules et la déposition des agrégats produisent une mince pellicule de silice. Souvent, la déposition de la silice emprisonne des micro-organismes vivant dans les zones humides. La préservation d'une quantité suffisante de carbone dans cette matière organique fossilisée dans les fines pellicules de silice permet de dater l'âge de déposition de la silice. La micro-excavation des pellicules de silice associées aux oeuvres rupestres combinée à l'utilisation de la spectrométrie de masse à accélérateur permettent d'obtenir des résultats préliminaires au radiocarbone en accord avec les hypothèses archéologiques sur l'antiquité du site étudié de Nisula, Québec (~2500 ans BP). Certaines caractéristiques isotopiques des pellicules de silice peuvent en effet fournir des informations précieuses sur le cadre temporel, de même qu'à propos des conditions climatiques présentes lorsque ces sites furent créés. Les analyses fondées sur cette approche ouvrent des perspectives exceptionnelles pour l'enrichissement des connaissances des sites rupestres, autant du point de vue géologique, archéologique que paléo-climatique.

Type de document: Thèse Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Richer-Laflèche, Marc
Co-directeurs de mémoire/thèse: Watchman, Alan; Arsenault, Daniel
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: datation; carbone-14; caractérisation; spectrométrie de masse; archéologie rupestre; pellicules de silice; site Nisula
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 03 mai 2013 13:11
Dernière modification: 06 nov. 2015 19:10
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1349

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice