Dépôt numérique
RECHERCHER

L'impact de l'implantation d'un train à grande vitesse sur la croissance de l'emploi dans le corridor Québec-Windsor.

Tittley, Frédéric (2011). L'impact de l'implantation d'un train à grande vitesse sur la croissance de l'emploi dans le corridor Québec-Windsor. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 89 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

La présente étude évalue l’impact de l’implantation d’un train à grande vitesse (TGV) sur la croissance de l’emploi, dans le corridor Québec-Windsor. Pour ce faire, nous utilisons un modèle économétrique qui considère l’accessibilité aux marchés nord-américains. La croissance de l’emploi est évaluée sur la période du dernier recensement (2001-2006) et répartie en 413 unités spatiales pour tout le Canada. Les deux trajets à l’étude s’étendent de la ville de Québec à la ville de Windsor. Le premier trajet passe sur la rive nord du fleuve et compte peu d’arrêts dans les villes intermédiaires. Le deuxième traverse les régions plus urbanisées de la rive sud et s’arrête dans plusieurs villes moyennes. L’étude se divise en trois étapes. La première consiste à calculer les variables d’accessibilité avec le logiciel ArcGIS afin de prendre en considération l’augmentation du niveau d’accessibilité due au TGV. Ensuite, la variable d’accessibilité sans TGV est intégrée à un modèle de régression multiple de façon à déterminer quelle est sa contribution réelle à la croissance de l’emploi. Dans la dernière étape, nous utilisons les variables d’accessibilité et le coefficient de régression pour estimer l’impact du TGV sur la croissance de l’emploi. Les résultats obtenus démontrent que le coefficient de régression pour l’accessibilité est de 1,8 %, et qu’il est statistiquement significatif. Pour chaque augmentation d’un écart type d’accessibilité, l’emploi connaît une croissance supplémentaire de 1,8 %. Notre analyse des résultats nous permet de constater que l’impact du TGV est concentré dans les villes qui possèdent une gare. La plus forte croissance d’emplois se retrouve dans les plus grandes agglomérations. Le nombre d’emplois créés est relativement faible pour le reste du corridor et nul pour les autres unités spatiales canadiennes. Le nombre d’emplois créés pour chaque trajet est d’environ 24 000 pour la rive nord et de 22 000 pour la rive sud. Finalement, le TGV devrait aussi avoir un effet important sur la croissance de l’emploi tertiaire supérieur et un effet non négligeable sur le secteur manufacturier.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Shearmur, Richard
Co-directeurs de mémoire/thèse: Polèse, Mario
Mots-clés libres: Implantation; train à grande vitesse; corridor Québec-Windsor; croissance; emploi; réseau; ligne; chemin de fer; transport ferroviaire; localisation; gare; TGV; activité; économie; modélisation.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 22 juin 2012 13:05
Dernière modification: 17 juill. 2015 16:10
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/109

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice