Dépôt numérique
RECHERCHER

Immigrants et forums internet : les représentations de la géographie résidentielle des russophones à Montréal.

Richard, Myriam (2011). Immigrants et forums internet : les représentations de la géographie résidentielle des russophones à Montréal. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 165 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB) | Prévisualisation

Résumé

Le démantèlement de l’URSS en 1991 a ouvert les frontières d’un immense territoire. La plus grande part des mouvements migratoires qui s’en sont suivis s’est effectuée à l’intérieur même des frontières de l’ancienne Union Soviétique, mais plusieurs personnes ont également choisi d’émigrer vers des pays tels que l’Allemagne, Israël et les États-Unis. Le Canada accueille lui aussi un certain nombre de ces migrants depuis les années 1990, et ce principalement en tant qu’immigrants économiques. Conséquemment, la communauté russophone montréalaise ne cesse de se diversifier et de prendre de l’expansion. Elle demeure toutefois assez peu visible dans l’espace montréalais, si ce n’est d’une certaine concentration commerciale et institutionnelle plus visible dans l’arrondissement montréalais Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce et dans la municipalité voisine de Côte-Saint-Luc. Le portrait du positionnement résidentiel des ressortissants d’ex-URSS dans l’ensemble de la région montréalaise reste relativement méconnu. Peu d’études se sont efforcées de comprendre la situation résidentielle plus dispersée de groupes d’immigrants qualifiés tels que les russophones. Il est intéressant de s’y attarder puisque le logement est un enjeu primordial dans les démarches d’intégration des nouveaux arrivants. Ce mémoire vise donc à faire la lumière sur la géographie résidentielle des immigrants d’ex-URSS récemment installés à Montréal. Il se situe au carrefour des études classiques sur le positionnement résidentiel des immigrants(assimilationnisme, pluralisme) et de nouveaux concepts mis de l’avant par les chercheurs pour rendre compte de la diversification des trajectoires migratoires individuelles et collectives (hétérolocalisme, choix résidentiels). Il explore aussi un corpus empirique peu exploité, en l’occurrence un lieu d’échange virtuel entre immigrants établis et futurs candidats à l’immigration russophones, afin de cerner les représentations du logement et des quartiers montréalais qu’ils véhiculent. Deux questions sous-tendent la recherche : Comment les immigrants russophones se répartissent-ils dans l’espace résidentiel montréalais? Quelles représentations des quartiers et du logement montréalais sont véhiculées par les internautes russophones fréquentant le wiki « Mon Québec » et le forum « Café Québécois »? Cette étude de cas comporte trois volets méthodologiques. Le premier est un portrait sociohistorique des vagues migratoires en provenance d’ex-URSS, qui s’avèrent un groupe d’immigrants méconnu à Montréal. Le second volet est un portrait statistique et cartographique du positionnement résidentiel des immigrants nés en ex-URSS à partir des données du recensement de Statistique Canada et des dossiers d’admission des immigrants russophones admis au Québec entre 2001 et 2009. Le troisième est une analyse de contenu du portail Internet « www.razgovory.com » fréquenté par des immigrants russophones établis à Montréal et par des candidats à l’immigration. Au terme de cette recherche, nous constatons que le positionnement résidentiel des immigrants d’ex- URSS à Montréal est caractérisé par une dispersion relative des effectifs à l’échelle de la région métropolitaine (Île de Montréal et banlieues sud surtout), accompagnée de quelques noyaux de concentration résidentielle, institutionnelle et commerciale russophone plus marqués au centre-ouest de l’île de Montréal. Il s’agit donc d’une distribution que nous qualifions de polycentrique. Quant aux représentations de l’espace résidentiel montréalais qui ressortent des discussions des internautes russophones, elles témoignent de l’importance des thèmes de l’habitat ainsi que de l’ambiance, de la sécurité et du statut socioéconomique des divers secteurs de la région montréalaise. Il n’y a donc pas de trajectoire définie des russophones dans l’espace montréalais, mais une pluralité de configurations qui semblent à la fois relever de choix individuels et de considérations collectives notamment véhiculées par la communauté russophone virtuelle ======= The fall of the Soviet Union in 1991 opened the borders of a huge territory. The majority of the migration that followed took place within the territory of the Former Soviet Union (FSU), but many citizens chose to emigrate to various countries like Germany, Israel and the United States. Canada also became a destination for FSU migrants, who were admitted mainly under the economic immigrants category. Since then, Montreal’s Russian-speaking community has continued to grow and diversify; however, it remains a more discreet part of Montreal’s landscape, except for a commercial and institutional concentration that is more visible in the Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce borough and in the adjacent city of Côte-Saint-Luc. The residential location of immigrants from the FSU in the Montreal region thus remains somewhat unknown. Few authors have studied the residential situation of qualified immigrants like the Russian-speaking ones. As such, it is interesting to try to gain a better understanding of this phenomenon, since housing is an important element of immigrants’ integration into a new society. This thesis therefore aims to provide a better understanding of the residential geography of immigrants from the FSU, who have recently settled in the Montreal region. It draws both from concepts rooted in the Chicago School studies on the residential location of immigrants (assimilationism, pluralism) and on new concepts that try to take account of the diversification of the individual and collective trajectories of migrants (heterolocalism, residential choices). It also explores a new empirical corpus – a virtual platform where immigrants already living in Montreal and those who plan to immigrate to Montreal exchange information – in order to identify their representations of Montreal housing and neighbourhoods. There are two main questions behind this research: how are immigrants from the FSU located around Montreal region; what types of representations of Montreal’s neighbourhoods and housing do users of theInternet platform “www.razgovory.com” promote? Three methodological strategies were deployed to answer these questions. The first one is a sociohistorical portrait of the migratory waves from the FSU throughout the 20th century. The second one is a statistical and cartographical account of the sociodemographic and residential characteristics of immigrants from the FSU in the Montreal region, based mainly on data from the Canadian census and some information taken from the admission files from Quebec Ministry of Immigration. The last part of the methodological strategy consists of a thematic content analysis of the Internet platform “www.razgovory.com”, where Montreal’s Russian-speaking immigrants congregate. The results of this research show that the residential settlement pattern of immigrants from the FSU is both characterized by dispersal over the metropolitan area (the Island of Montreal and south-shore suburbs mostly) and by a concentration around a few Russian-speaking residential, institutional and commercial nodes located mostly in the central and western parts of the Island. This settlement pattern is thus a polycentric one. As for the representations of residential space in the Montreal region promoted by the Russian-speaking Internet users, housing (the physical characteristics of the dwelling), followed by the atmosphere, security and socioeconomic status of the neighbourhood appeared to be the most important themes. It doesn’t does not seem like there is a defined residential trajectory for Russian-speaking immigrants in Montreal’s residential space; rather there are various configurations that are the product of individual choices and collective considerations, which are themselves partly shaped by the Russianspeaking Internet users.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Germain, Annick
Mots-clés libres: Immigration; immigrant russophone; représentation; caractéristique socio-économique; immigrant; origine; russe; ex-URSS; établissement résidentiel; localisation résidentielle; logement; géographie; internet; forum; wiki; Montréal ===== Immigration; representations; residential settlement; russophones; former Soviet Union.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 22 juin 2012 12:49
Dernière modification: 17 juill. 2015 16:22
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/102

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice