Dépôt numérique
RECHERCHER

La spécialisation fonctionnelle des villes dans le système urbain canadien de 1971 à 2006 : évolution et facteurs.

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Brunelle, Cédric (2012). La spécialisation fonctionnelle des villes dans le système urbain canadien de 1971 à 2006 : évolution et facteurs. Thèse. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Doctorat en études urbaines, 352 p.

[thumbnail of Brunelle_Cedric_PhD_2012.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB) | Prévisualisation

Résumé

Cette thèse porte sur un phénomène encore peu étudié : la spécialisation fonctionnelle des villes. Elle pose l’hypothèse générale d’une fragmentation spatiale du processus de production, phénomène qui se serait amplifié au cours des quarante dernières années. Pour comprendre ces dynamiques, la thèse pose son regard sur l’évolution géographique de l’emploi dans le système urbain canadien entre 1971 et 2006. Elle propose d’analyser l’évolution, l’étendue, ainsi que la portée de la division spatiale des fonctions pour les trajectoires économiques régionales. Elle vise en outre à soulever certains grands facteurs temporels, géographiques et économiques qui pourraient en moduler les effets. Trois hypothèses de recherche sont abordées. Une première suggère que la spécialisation fonctionnelle des régions tend à évoluer indépendamment des changements affectant leurs structures industrielles. La littérature a plus classiquement considéré la localisation des activités économiques du point de vue des industries, conceptualisées à partir des produits ou services finaux. Cette thèse soulève que les fonctions – ensemble d’activité et de tâches internes aux entreprises – ont leurs propres logiques spatiales. On prétend que, à l’intérieur des industries, les fonctions à haut contenu en savoir (c.-à-d. gestion, recherche et développement, professionnels) se fragmentent et se concentrent dans les grandes agglomérations canadiennes. Les fonctions plus routinières se diffusent quant à elles vers les régions de moindre taille. Dans la mesure où ces phénomènes prennent place dans l’ensemble de l’économie, une seconde hypothèse émerge : la division spatiale des fonctions devrait se manifester plus ou moins également à l’intérieur des diverses industries, notamment entre celles de services et de production. Cette hypothèse implique que les grands facteurs identifiés dans la littérature génèrent des effets similaires entre les industries. Compte tenu de l’incidence potentielle sur les trajectoires de développement économique, une troisième hypothèse est explorée. Elle stipule que certaines exceptions existent face aux tendances relevées. Certaines régions montreraient des trajectoires distinctes, dont les caractéristiques se révèlent potentiellement importantes pour l’élaboration de politiques publiques. La pertinence de ces hypothèses est évaluée à partir de trois approches. Dans un premier cas, une analyse de décomposition des déviations à la moyenne nous permet d’isoler la part de la spécialisation fonctionnelle qui d’une part est expliquée par la structure industrielle de celle qui d’autre part est expliquée par un effet régional que nous attribuons à la division intra-industrielle des fonctions. Cette analyse permet de mettre en lumière une spécialisation fonctionnelle croissante dans le système urbain canadien, dont l’origine est attribuable à une division spatiale des fonctions dans les industries. Dans un deuxième temps, une analyse de régression en données panel nous permet d’observer que le phénomène de division spatiale des fonctions se met en place dans l’ensemble des industries. L’analyse révèle que la force de la taille urbaine tend à s’accroître au fil du temps. Toutefois, le potentiel de division spatiale des fonctions n'est pas le même pour toutes les industries, avec des divisions plus nettes dans certains que dans d'autres. La relation entre les géographies fonctionnelle et industrielle montre en outre des distinctions importantes. Il tend à accroître la concentration naturelle du secteur des services dans les grandes agglomérations, mais introduit une dimension hiérarchique dans les activités du secteur de la production des biens. Enfin, une troisième analyse se penche sur le cas des villes québécoises, mobilisant l’analyse des concentrations régionales, des taux de croissance relatifs et de la convergence des fonctions à haut contenu dans le secteur de la production des biens. Ces analyses dévoilent qu’en dépit de la concentration manifeste des fonctions à haut contenu en savoir dans les grandes agglomérations métropolitaines, certaines régions non métropolitaines ont des niveaux de croissance qui leur sont parfois supérieurs. S’il y a présence de trajectoires distinctes, on ne peut cependant conclure à la présence d’un processus de convergence régionale.

This thesis deals with a phenomenon still little studied: the functional specialization of cities. It raises the general assumption of a spatial fragmentation of the production process, which is expected to have increasingly grown over the past thirty-five years. To understand these dynamics, the thesis focus on the changing geography of employment in the Canadian urban system between 1971 and 2006. It proposes to measure the evolution, the scope and potential impacts of the spatial division of functions for regional economic trajectories. It also aims to assess some of the major time factors, geographic and economic correlates that can modulate the effects. Three research hypotheses are discussed. The first suggests that the functional specialization of regions increasingly evolves independently of changes in industrial structures. The literature has classically considered the location of economic activities in terms of industries: the final product or service. This thesis raises that functions – activities and tasks within firms – may have their own spatial logic. It is claimed that, within industries, knowledge-rich functions (i.e. management, research and development, professionals) increasingly cluster in large agglomerations across Canada. On the other hand, routine types of functions are expected to spread to smaller urban areas. To the extent that these phenomena take place in the whole economy, a second hypothesis emerges: the geographical fragmentation of functions should occur more or less equally within various industries, notably between services and production. This implies that the major factors identified in the literature generate similar effects across industries. Given the potential impact on the trajectories of economic development, a third hypothesis is explored. It states that, besides these larger trends, exceptions may exist. Some regions are expected to show distinct trajectories, whose characteristics may have potential importance for the establishment of public policies. These assumptions are assessed using three approaches. In one case, a decomposition analysis of mean deviations allows us to isolate the part of the functional specialization, which, on the one hand, is explained by the industrial structure from that which, on the other hand, is explained by a regional effect which we attribute to the intra-industrial division of functions. This analysis reveals that functional specializations are growing within the Canadian urban system, whose origin is attributed to an increasing spatial division of functions within industries. In a second analysis, panel regression model allows us to observe that spatial divisions of functions is taking place in all industries and increasing over time. The analysis shows that the strength of city-size effects tends to increase over time. However, the potential for spatially separating functions is not the same for all industries, with sharper divisions in some than in others. The relationship between functional and industrial geographies also shows important distinctions. It tends to increase the natural concentration in the services sector in larger cities, but introduces a hierarchical dimension in the location of activities within the production sector. Finally, a third exploration considers the case of Quebec cities, based on the analysis of regional concentration levels, growth rates as well as the analysis of convergence of knowledge-rich functions in the goods producing industries. These tests reveal that, despite the clustering of knowledge-rich functions in large agglomeration over the period, some non-metropolitan areas exhibit higher growth levels. However, while there may exist distinct regional trajectories, we cannot conclude that a process of regional convergence is taking place overall.

Type de document: Thèse Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Polèse, Mario
Informations complémentaires: Thèse par articles. Texte en français, comprend un résumé en français et en anglais ainsi qu'un chapitre en anglais.
Mots-clés libres: système urbain; spécialisation; production; industries; fonctions; régions; Canada; économie
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 21 janv. 2013 19:26
Dernière modification: 17 févr. 2022 13:50
URI: https://espace.inrs.ca/id/eprint/842

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice