Dépôt numérique
RECHERCHER

Présentation antigénique in vitro dans des conditions d’infection par Leishmania donovani

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Smans, Mélina, Hammami, Akil, Bankoti, Rashmi, Charpentier, Tania et Stäger, Simona . Présentation antigénique in vitro dans des conditions d’infection par Leishmania donovani In: 8e édition, Congrès Armand-Frappier 2013, 14-16 novembre 2013, Orford (Québec).

[thumbnail of 98.pdf]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (182kB) | Prévisualisation

Résumé

La leishmaniose viscérale est une maladie causée par des parasites du genre Leishmania tels que L. donovani et L. infantum/L. chagasi. L’infection expérimentale par L. donovani arrive à contourner les défenses immunitaires de son hôte et d’induire une infection persistante caractérisée par l’inflammation chronique des tissus de la rate et une immunosuppression de l’hôte. Jusqu’à ce jour, l’immunothérapie a démontré que l’action des lymphocytes T CD8+ antigène-spécifiques est capable de réduire l’infection au niveau de la rate. Cela dit, pour que l’infection soit contrôlée, il est nécessaire d’avoir une forte expansion clonale des lymphocytes T CD8+ antigène-spécifiques. Hors, L. donovani semble capable d’interférer avec certains éléments de la défense immunitaire résultant en la limitation de l’expansion clonale des lymphocytes T CD8+ parasite-spécifiques et de leurs fonctions effectrices, permettant alors au parasite de persister dans son hôte. On soupçonne que cette limitation de l’expansion clonale est due, en partie, à l’activation de la voie de l’«Hypoxia Inducible Factor 1 alpha subunit» (HIF-1α), constituant l’élément clé du facteur de transcription HIF. En effet, l’expression des gènes associés à cette protéine pourrait, entre autres effets, interférer dans le processus de présentation antigénique effectué par les cellules dendritiques résultant en la limitation de l’expansion clonale des lymphocytes T CD8+ parasite-spécifiques observée lors de l’infection. Dans le but de confirmer cette hypothèse, nous avons développé un système de coculture cellulaire utilisant des cellules dendritiques n’exprimant pas HIF-α, des parasites transgéniques (PINK) exprimant à leur surface l’antigène OVA et des lymphocytes T CD8+ transgéniques dont les RTC ne reconnaissent que l’antigène OVA. Par ce système, nous démontrons que l’absence de HIF-1α; dans les cellules dendritiques permet d’augmenter la présentation antigénique et par conséquent l’activation des cellules T CD8+.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Informations complémentaires: Présentation par affiche
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 29 déc. 2017 21:37
Dernière modification: 29 déc. 2017 21:37
URI: https://espace.inrs.ca/id/eprint/6225

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice