Dépôt numérique
RECHERCHER

Évaluation des ressources géothermiques des Îles-de-la-Madeleine: Rapport final

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Langevin, Hubert, Comeau, Félix-Antoine, Raymond, Jasmin ORCID: https://orcid.org/0000-0002-7486-9185 et Malo, Michel (2019). Évaluation des ressources géothermiques des Îles-de-la-Madeleine: Rapport final Document scientifique et technique (I410). INRS, Centre Eau, Terre et Environnement, Québec.

[thumbnail of I410.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB) | Prévisualisation

Résumé

En raison de son isolement avec le reste de la province, l’archipel des Îles-de-la-Madeleine doit produire, de façon autonome, l’électricité et la chaleur nécessaire pour ses habitants en consommant des combustibles fossiles. La présente étude a pour objectif d’évaluer les ressources géothermiques contenues dans le sous-sol et ainsi, évaluer leur faisabilité d’exploitation en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre de la centrale thermique. Afin d’évaluer adéquatement ces ressources, il est nécessaire de connaître la température du sous-sol de l’archipel à plusieurs kilomètres de profondeur, laquelle est affectée par les variations que peut subir la conductivité thermique du roc en profondeur. À la suite d’une campagne d’échantillonnage, les propriétés thermiques des différentes lithologies présentes en surface et en profondeur ont été analysées en laboratoire. Le flux de chaleur terrestre représentatif de la région a été déterminé en fonction de mesures de température d’anciens puits d’exploration pétrolière et gazière. La propagation de chaleur a ensuite été analysée numériquement en deux dimensions afin d’identifier les endroits potentiels pour l’exploitation de systèmes géothermiques. En raison de la présence de dômes de sel aux Îles-de-la-Madeleine, il y a un contraste de conductivité thermique important entre l’halite (7 W m⁻¹ K⁻¹), composante principale des dômes de sel, et les roches sédimentaires (2 à 3 W m⁻¹ K⁻¹) bordant ces dômes. Cette géométrie crée une hausse du gradient géothermique au-dessus des dômes de sel, qui est toutefois atténuée par l’effet de la température et de la pression sur la conductivité thermique du roc en profondeur. Le gradient géothermique peut alors atteindre 42 °C km⁻¹ à 850 m de profondeur ou encore 60 °C km⁻¹, mais pour une distance verticale limitée à moins de 200 m. Ces hausses du gradient géothermique pourraient être exploitées dans le but de diversifier l’approvisionnement énergétique de l’archipel.

Type de document: Rapport
Mots-clés libres: géothermie; Îles de la Madeleine;
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 21 avr. 2021 14:56
Dernière modification: 15 févr. 2022 21:31
URI: https://espace.inrs.ca/id/eprint/11745

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice