Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude du métabolisme respiratoire du bacille de la lèpre humaine.

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Togola, Daouda (1994). Étude du métabolisme respiratoire du bacille de la lèpre humaine. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maitrise en microbiologie appliquée, 197 p.

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (45MB) | Prévisualisation

Résumé

La recherche sur la lèpre a presque atteint une impasse à cause de 1' incapacité de cul ti ver le bacille de la lèpre (Mycobacteri um leprae) in vitro. Après plusieurs essais de culture sur différents milieux, sans succès, il est évident que la culture du bacille in vitro ne dépend pas des combinaisons empiriques des exigences nutritionnelles, mais plutôt de la compréhension du métabolisme et le mécanisme de génération d'énergie. Dans tous les organismes vivants, la chaîne respiratoire est responsable de la production d'énergie.

Les résultats de nos études spectrophotométriques ont montré que les extraits cellulaires préparés à partir de suspensions cellulaires de M. leprae isolé des coussinets plantaires de souris nues et purifiées par centrifugation différentielle, contiennent les cytochromes ~ + ~31 e et ~ ainsi que les pigments liés au monoxyde de carbone et les flavoprotéines. La réduction des pigments respiratoires par les donneurs d'électrons tels que le NADH, le succinate ou le dithionite a été complètement inhibée par le dicumarol (un inhibiteur compétitif de la vitamine K) indiquant la présence de vitamine K ou de ses analogues dans la chaîne respiratoire de M. leprae. Pour la cul ture in vitro du microorganisme, le milieu de culture doit contenir au moins un substrat qui peut servir de source d'énergie multiplication et cellulaires. nécessaire aux autres à la croissance, à la réactions de biosynthèses.

Le métabolisme respiratoire de M. leprae isolé de coussinets plantaires de souris nues, a été étudié à l'aide de plusieurs substrats. Parmi les intermédiaires du cycle de l'acide tricarboxylique seul le succinate est oxydé par les suspensions cellulaires purifiées de M. leprae. L'oxydation de plusieurs composés sulfhydryls tels que la cystéine, le dithiothréitol, la pénicillamine a été confirmée aussi bien que l'oxydation de la dihydroxyphénylalanine (DOPA). Cependant, c'est surtout l'étude du métabolisme respiratoire au moyen des acides gras qui a retenu notre attention. Cela à cause de la grande richesse du bacille en lipides et surtout de la provenance des acides gras (constituant naturels des tissus pour lesquels le bacille a un tropisme). Nos résultats expérimentaux ont montré que le palmitate soluble est oxydé par les suspensions cellulaires de M. leprae après une période de latence de 8 heures. L'extrait cellulaire de M. leprae par contre catalyse une intense oxydation du palmitate soluble après 3-4 heures. Les sphingolipides notamment la sphingosine, la sphingomyéline et cérébroside insolubles ont été inactifs. Cependant, les mêmes substrats solubles ont été oxydés mais à un taux moindre comparativement au palmitate. L'extrait cellulaire de M. leprae catalyse une oxydation active des trois sphingolipides après 3- 4 heures.

L'oxydation de ces substrats a été inhibée par la roténone, l'amytal, l'antimycine A, le 2-N-heptyl-4-hydroxyquinoline-NOxyde (HQNO) et le cyanure. Ces résultats indiquent que l'oxydation de ces acides gras par M. leprae cultivé in vivo se fait à travers la chaîne respiratoire et utilise 1 'oxygène comme accepteur final d'électrons. L'usage de ces acides gras dans le milieu de culture peut être utile pour les essais de culture in vitro de M. leprae.

Type de document: Thèse Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Ishaque, Muhamad
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 08 août 2019 01:57
Dernière modification: 08 août 2019 01:57
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/8226

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice