Dépôt numérique
RECHERCHER

L’expression du DFF40 chez les cellules T cancéreuses est impliquée dans les effets cytotoxiques induits par le tributylétain, un organostannique présent dans l’environnement.

Kulbay, Merve; Johnson, Bruno; Bernier, Jacques . L’expression du DFF40 chez les cellules T cancéreuses est impliquée dans les effets cytotoxiques induits par le tributylétain, un organostannique présent dans l’environnement. In: Congrès Armand-Frappier 2017 (10e édition), 9-11 novembre 2017, Orford (Québec).

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

Le tributylétain (TBT) est un puissant perturbateur endocrinien, présent dans le sang périphérique chez l’humain. Par contre, les voies de signalisations associées à ses effets, soit celles de l’apoptose, ne sont pas encore entièrement élucidées. Cela dit, il a été rapporté dans plusieurs études que les cancers agressifs étaient dus à une altération de l’apoptose : les cellules cancéreuses de stade avancé présentent une expression altérée du facteur de fragmentation de l’ADN 40 (DFF40). Les cancers pouvant être initiés par des perturbateurs chimiques, il est d’intérêt d’étudier l’effet du TBT sur ces types cellulaires. L’hypothèse de recherche est qu’une inhibition de l’expression du DFF40 chez les cellules cancéreuses diminuerait les effets toxiques engendrés par l’exposition au TBT. Les objectifs de l’étude étaient 1) d’évaluer l’effet d’une exposition au TBT de cellules T cancéreuses (jurkat) déficientes en DFF40 (DFF40KO), et 2) déterminer les mécanismes cellulaires liés à une absence de l’apoptose en réponse au TBT. Pour ce faire, des jurkat DFF40KO ont été réalisés par CRISPR. Plusieurs essais in vitro ont été réalisés afin d’évaluer la toxicité du TBT sur ces cellules, dont des essais de viabilité cellulaire, de cycle cellulaire et de stress oxydatif par cytométrie en flux et de fragmentation d’ADN par gel d’agarose. Les niveaux d’expressions protéiques de PARP, pro-caspase-3 et p-H2AX ont été déterminés par Western Blot. Les résultats démontrent que les jurkat DFF40KO traités avec le TBT (0.4 à 0.6 uM) ont significativement une meilleure viabilité cellulaire et des niveaux de fragmentation d’ADN et de production de ROS comparable à l’état basal. Ceci pourrait être expliqué par une activation retardée des voies de signalisations de l’apoptose (clivage de la pro-caspase-3 et PARP, phosphorylation de l’histone H2AX). Ces résultats présentent une ouverture quant à l’effet de substances toxiques, telles les médicaments de chimiothérapie, chez les cellules DFF40KO.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 18 mars 2019 18:14
Dernière modification: 18 mars 2019 18:14
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/7949

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice