Dépôt numérique
RECHERCHER

Protection des spermatogonies et des cellules de Sertoli du testicule immature contre la toxicité de la doxorubicine

Tremblay, Amélie; Beaud, Hermance; Delbès, Géraldine . Protection des spermatogonies et des cellules de Sertoli du testicule immature contre la toxicité de la doxorubicine In: Congrès Armand-Frappier 2017 (10e édition), 9-11 novembre 2017, Orford (Québec).

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

Les traitements de chimiothérapie pédiatriques peuvent affecter la fertilité masculine à long terme. Cependant, aucune solution pour préserver la fertilité des garçons pré-pubères n’est actuellement disponible. Des études suggèrent que la doxorubicine, couramment utilisée contre les cancers pédiatriques, peut induire un stress oxydatif testiculaire. Par contre, les types cellulaires du testicule immature ciblés par ce stress oxydatif restent inconnus.

Nous soutenons l’hypothèse que la doxorubicine est capable d’induire un stress oxydatif dans des lignées de spermatogonies (GC-6Spg) et de cellules de Sertoli immatures (Ser-W3) de rat, et qu’il est possible d’utiliser des antioxydants pour les protéger.

Nous avons montré par le test MTT que la doxorubicine induit une cytotoxicité temps- et dose-dépendante dans les GC-6Spg et Ser-W3. La production d’espèces réactives de l’oxygène mesurée par la sonde CellROX et le nombre de foci nucléaires de 8-oxo-déoxyguanosine augmentent dans les Ser-W3 dès 3h de traitement, ce qui n’est pas le cas pour les GC-6Spg. De plus, après 6h de traitement des Ser-W3, les niveaux de glutathion réduit mesurés par la sonde monochlorobimane sont significativement diminués. Ces résultats démontrent que la doxorubicine induit un stress oxydatif dans les Ser-W3. Cependant, le système d’antioxydants du glutathion ne semble pas essentiel à ces cellules puisqu’une déplétion du glutathion n’affecte par la survie des Ser-W3. De plus, une supplémentation en glutathion offre une protection très faible mais significative après 12h d’exposition à la doxorubicine. Finalement, parmi cinq antioxydants sélectionnés dans la littérature, aucun n’a réduit la cytotoxicité de la doxorubicine dans les deux types cellulaires. Le stress oxydatif ne semble donc pas être une voie majeure de toxicité de la doxorubicine dans les GC-6Spg et les Ser-W3. Cette étude aide à comprendre l’impact testiculaire des chimiothérapies afin d’améliorer la qualité de vie des survivants de cancers pédiatriques.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 18 mars 2019 15:48
Dernière modification: 18 mars 2019 15:48
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/7940

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice