Dépôt numérique
RECHERCHER

Profils alimentaires et risque de cancer de la prostate : une étude cas-témoins chez des Montréalais

Trudeau, Karine; Rousseau, Marie-Claude; Parent, Marie-Élise . Profils alimentaires et risque de cancer de la prostate : une étude cas-témoins chez des Montréalais In: Congrès Armand-Frappier 2017 (10e édition), 9-11 novembre 2017, Orford (Québec).

Ce document n'est pas hébergé sur EspaceINRS.

Résumé

Le cancer de la prostate (CaP) est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les hommes au Canada. Son étiologie demeure inconnue et aucun facteur de risque modifiable n’a été identifié. On soupçonne que l’alimentation pourrait être impliquée. Les profils alimentaires, qui décrivent l’ensemble de l’apport alimentaire plutôt que la consommation de nutriments spécifiques, constituent une approche de recherche prometteuse. Le rôle des profils alimentaires sur le risque de CaP a été évalué dans le cadre d’une vaste étude cas-témoins populationnelle montréalaise. Les 1919 cas incidents histologiquement confirmés étaient âgés de 75 ans ou moins et avaient été diagnostiqués entre septembre 2005 et décembre 2009. Les 1991 témoins ont été sélectionnés aléatoirement à partir de la liste électorale, puis appariés aux cas selon l’âge (± 5 ans). Les informations concernant l’alimentation ont été recueillies par un questionnaire de fréquence alimentaire. L’analyse en composantes principales a permis de nouvellement identifier et définir les profils alimentaires « alimentation saine », « viande et alcool » et « glucides et breuvages » chez les témoins. Le profil alimentaire de chaque participant a été déterminé à partir des réponses au questionnaire. Les rapports de cotes (RC) et intervalles de confiance à 95% (IC95%) ont été obtenus par régression logistique non conditionnelle en ajustant pour l’âge, l’ethnicité, l’éducation, l’historique familial de CaP, le moment du dernier dépistage du CaP et les calories totales. Dans cette population d’étude, le profil « alimentation saine » a nouvellement été identifié comme présentant un effet protecteur contre le CaP (RC= 0,74 [IC95% =0,60-0,91]) alors que le profil « glucides et breuvages » a été observé pour une première fois comme augmentant le risque de CaP (RC= 1,31 [IC95% =1,05-1,63]). En conclusion, ces résultats suggèrent que les profils alimentaires pourraient jouer un rôle dans le risque de développer le CaP.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 mars 2019 12:50
Dernière modification: 16 mars 2019 12:50
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/7932

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice