Dépôt numérique
RECHERCHER

Les jeunes âgés de 16 à 25 ans issus des communautés anglophones du Bas-Saint-Laurent. Représentations et sentiment d’appartenance : une recherche fondée sur les principes de la mobilisation des connaissances

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Lucia, Emanuele (2018). Les jeunes âgés de 16 à 25 ans issus des communautés anglophones du Bas-Saint-Laurent. Représentations et sentiment d’appartenance : une recherche fondée sur les principes de la mobilisation des connaissances Essai. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en pratiques de recherche et action publique, 154 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (12MB) | Prévisualisation

Résumé

Ce projet porte sur la communauté anglophone du Bas-Saint-Laurent, et a été mené en partenariat avec l’organisme Héritage Bas-Saint-Laurent qui représente et offre des services à cette population. Si nous savons que la région a un héritage anglophone, notamment autour de l’ancien village de Metis Beach, aujourd’hui Métis-sur-Mer, il n’existe pas de données compréhensives sur les populations anglophones et bilingues du Bas-Saint-Laurent aujourd’hui. Le principal objectif de ce projet était de produire des connaissances sur le lien qu’entretiennent les jeunes anglophones ou bilingues de la région avec la communauté anglophone de cette région, ainsi que sur la façon dont ils perçoivent cette dernière. Nous avons mené des entretiens avec des jeunes qui ont entre 16 et 25 ans ayant vécu au moins deux ans au Bas-Saint-Laurent et qui ont été scolarisés en anglais au moins deux ans ou encore qui ont au moins un parent dont la langue maternelle est l’anglais. Il ressort de cette recherche que cette communauté ne prend sens que lorsqu’on l’interprète comme un réseau de plusieurs groupements. Il existe des noyaux, parfois physiques, comme celui à Métis-sur-Mer principalement composé de résidents d’été anglophones, mais parfois symboliques, comme le sont les deux principales institutions anglophones de la région : l’école Metis Beach School et l’organisme Héritage Bas-Saint-Laurent. Ces institutions jouent un important rôle de reproduction de la communauté. Nos entretiens montrent que les jeunes sentent qu’ils appartiennent à plusieurs communautés à la fois, qui ont à l’occasion des intérêts divergents, et négocient alors une appartenance personnalisée dans leurs actions quotidiennes. ===== ABSTRACT ===== This project focuses on the English-speaking community of the Lower Saint Lawrence region in the province of Quebec and was conducted in partnership with the Heritage Lower Saint Lawrence, an organization which represents and offers services to this population. We know that there is a historical Anglophone community in the region, around the former village of Metis Beach, today Métis-sur-Mer, but there is no comprehensive data on English and bilingual speakers in the Lower Saint Lawrence today. The main objective of this project was to generate knowledge about the relationship between Anglophone and bilingual youth and the English-speaking community in the region, as well as how these youth might perceive their community. We conducted interviews with individuals between the ages of 16 and 25 who have lived in the region for at least two years, and who have gone to an English school for at least two years or who have at least one parent whose mother tongue is English. One of the main results is that the English-speaking minority in the region emerges as a community when it is studied as a network of smaller communities or groupings of individuals. There can be concentrations of individuals or relationships. Sometimes they can be physical, like the one in Métis-sur-Mer, mainly made up of English-speaking summer residents, but they can also be rather symbolic, like the concentrations around the main Anglophone institutions: Metis Beach School, the only English-language school in the region, and Heritage Lower Saint Lawrence. Furthermore, these institutions play a fundamental role in the creation and reproduction of the sense of community. As for sense of belonging, youth feel that they belong to several communities at same time, which sometimes have different interests, and they negotiate a personalized sense of belonging in their daily actions.

Type de document: Thèse Essai
Directeur de mémoire/thèse: Boudreau, Julie-Anne
Co-directeurs de mémoire/thèse: Alberio, Marco
Mots-clés libres: jeunes; communauté; minorité linguistique; réseau; sentiment d’appartenance; territoire; mobilisation des connaissances; youth; community; linguistic minority; network; sense of belonging; territory; knowledge mobilization
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 25 févr. 2019 19:43
Dernière modification: 25 févr. 2019 19:43
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/7877

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice