Dépôt numérique
RECHERCHER

La dynamique sociale entourant les jardins communautaires : l'individu, le groupe et le jardin. Le cas de Montréal.

Daclon Bouvier, Nathalie (2001). La dynamique sociale entourant les jardins communautaires : l'individu, le groupe et le jardin. Le cas de Montréal. Mémoire. Sainte-Foy, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en études urbaines, 149 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB) | Prévisualisation

Résumé

Le programme des jardins communautaires de la Ville de Montréal est reconnu en Amérique du Nord pour la qualité des services offerts aux Montréalais désireux de cultiver un lopin de terre en milieu urbain à des fins de production de légumes et de fruits. Son originalité repose sur le fait que ces jardins, composés de plusieurs parcelles individuelles, sont envisagés comme des espaces de loisir et permettent à n'importe quel citoyen de pratiquer cette activité. Pourtant, les études à ce sujet font défaut, dans presque tous les domaines. L'ambiguïté de ce type d'espace repose sur le fait qu'il est à la fois public et institutionnalisé, à la fois espace socialisé et espace individualisé. L'objectif de cette recherche est de comprendre et d'analyser les dimensions sociales entourant les jardins communautaires, en retenant trois angles d'analyse : le jardin et l'individu; le jardin du groupe; le jardin comme lieu. Nous cherchons à savoir qui sont les jardiniers, à identifier leurs pratiques, en comprendre les raisons et dévoiler les représentations propres au jardin communautaire. Il s'agit aussi d'analyser les interactions sociales et les rapports entre les jardiniers et ainsi de saisir les termes de la sociabilité que ces espaces engendrent. Un portrait de l'image sociale des jardins communautaires s'en dégage. L'étude porte sur cinq jardins et les informations voulues ont été recueillies à l'aide de questionnaires, d'entrevues et d'observations directes. Le profil socio-économique de la population jardinière est loin d'être homogène : l'activité attire un vaste public, chacun ayant des motivations personnelles. Cela entraîne une multitude de comportements. Au niveau des relations sociales, les jardins sont sans conteste des lieux qui facilitent les contacts, qui créent des liens interpersonnels de façon beaucoup plus privilégiée que dans un espace public, mais ils sont en fait des espaces qui semblent plus permettre l'entre soi que de développer des relations sociales de voisinage. La relation du jardinier au lieu a, en effet, quelque chose de très personnel, qui reflète sa perception et les significations qu'il attache à cet interstice vert urbain, grâce auquel il entretient un rapport privilégié avec la nature.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Sénécal, Gilles
Mots-clés libres: Jardin communautaire; profil des jardiniers; comportement individuel et collectif; relation sociale; représentation et signification des jardins potagers; sociabilité; dynamique sociale; individu; groupe; Montréal; Q06.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 15 déc. 2014 21:29
Dernière modification: 25 août 2016 15:29
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/63

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice