Dépôt numérique
RECHERCHER

Découverte de deux nouveaux Iteravirus (Densovirinae) et caractérisation de leur stratégie d’expression génique

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Yu, Qian; Tijssen, Peter . Découverte de deux nouveaux Iteravirus (Densovirinae) et caractérisation de leur stratégie d’expression génique In: 8e édition, Congrès Armand-Frappier 2013, 14-16 novembre 2013, Orford (Québec).

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (192kB) | Prévisualisation

Résumé

Le genre Iteravirus fait partie de la sous-famille Densovirinae et de la famille Parvovirinae. Il contient 3 densovirus : Casphalia extranea Densovirus (CeDNV), Dendrolimus punctatus Densovirus (DpDNV) et Bombyx mori Densovirus (BmDNV). Nous avons utilisé une technique d’amplification indépendante de la séquence (SISPA : Sequence-Independent Single-Primer Amplification) afin de détecter la présence de pathogènes dans des échantillons de larves mortes de cause inconnue. Ces larves proviennent de deux insectes additionnels : les papillons Papilio polyxenes et Sibine fusca. Le séquençage des clones obtenus combiné à une analyse BLAST nous a permis d’identifier deux nouveaux densovirus que nous avons nommés provisoirement PpDNV et SfDNV. Les deux nouveaux virus démontrent une grande identité de séquence avec les virus CeDNV et BmDNV (incluant les ITRs). De plus, l’organisation de leur génome est identique, et ils devraient donc être classifiés comme membres du genre Iteravirus. Nous avons utilisé les clones infectieux des virus PpDNV, SfDNV, CeDNV et BmDNV pour caractériser la stratégie d’expression des membres du genre Iteravirus. Nous avons utilisé la lignée cellulaire LD afin de faire des expériences de transfection avec les clones infectieux. Nous avons ensuite isolé l’ARN des cellules transfectées en plus d’échantillons de larves infectées pour PpDNV et utilisé à la méthode RACE pour identifier l’initiation et la terminaison des différents gènes. Nous avons pu déterminer que les gènes non structuraux (NS) et structuraux (VP) sont situés sur le même brin d’ADN (monosense). Les gènes NS1 et NS2 se chevauchent. Le début des transcrits de NS2 sont situés seulement 7 nucléotides après le codon d’initiation de NS1. Nous avons aussi démontré qu’il n’y a pas de chevauchement entre les gènes NS et VP. La synthèse de l’ensemble des quatre protéines structurales se fait par traduction par balayage à partir d’un seul ARNm non épissé. La transcription des VPs débute seulement 2 nucléotides après le signal poly(A) des transcrits NS. Il est intéressant de noter que le signal poly(A) des transcrits VP chevauche les codons stop des protéines VP.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Informations complémentaires: Présentation par affiche
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 29 déc. 2017 21:26
Dernière modification: 29 déc. 2017 21:26
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/6234

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice