Dépôt numérique
RECHERCHER

Étude des mécanismes d’activation des lymphocytes B par Leishmania donovani

Silva-Barrios, Sasha; Descoteaux, Albert; Stäger, Simona . Étude des mécanismes d’activation des lymphocytes B par Leishmania donovani In: 8e édition, Congrès Armand-Frappier 2013, 14-16 novembre 2013, Orford.

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (192kB) | Prévisualisation

Résumé

Les parasites du genre Leishmania sont des protozoaires qui causent des maladies connues collectivement comme leishmaniose. Il y a trois manifestations principales de cette maladie: la leishmaniose cutanée (LC), la leishmaniose cutanéo-muqueuse (LM) et la leishmaniose viscérale (LV), cette dernière étant la plus grave. La LV est causée principalement par des espèces du complexe Leishmania donovani. Les manifestations cliniques ne sont pas spécifiques et généralement sont évidentes par les étapes chroniques de la maladie, plus particulièrement la viscéromégalie, affectant des organes différents tels que la rate, le foie et la moelle osseuse. L’hypergammaglobulinémie est une autre caractéristique importante de la maladie et est une conséquence de l'activation polyclonale des cellules B par le parasite. Les lymphocytes B sont surtout connus pour leur rôle dans la production d'anticorps visant à faciliter l'élimination de pathogènes et d’antigènes.

Ceci nous pousse à étudier l'interaction des cellules B avec L. donovani. Cependant, différentes publications montrent que ces cellules peuvent également réguler les réponses adaptatives des cellules T par divers mécanismes indépendants des anticorps, tels que la production de cytokines, la co-stimulation et la présentation antigénique. Beaucoup d'études suggèrent que, selon la maladie, les cellules B peuvent à la fois améliorer ou supprimer les réponses des cellules T CD4+. Nous avons récemment démontré que les cellules B suppriment les réponses protectrices des cellules T au cours de la leishmaniose viscérale expérimentale, causée par le parasite protozoaire Leishmania donovani. Cette suppression est en partie médiée par une production d'IL-10 par les lymphocytes B, qui est MyD88-dépendante.

Notre étude vise à détermine pars quel mécanisme L. donovani active directement les cellules B, ce qui induit la production d'IL-10 et la régulation à la hausse des IgM et de la molécule co-stimulatrice CD86; plusieurs voies seront prises en compte: i) Les voies de signalisation des « Toll-like receptors »(TLR4, 7 et 9); ii) le récepteur des cellules B (BCR) et iii) les récepteurs du complément (surtout CD21) ainsi que iv) une combinaison des voies ci-dessus.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Informations complémentaires: Présentation par affiche
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 04 janv. 2018 21:29
Dernière modification: 04 janv. 2018 21:29
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/6223

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice