Dépôt numérique
RECHERCHER

Brûlure, toxique et pathogénèse de la réponse immunitaire

Lim, Debbie; Bernier, Jacques . Brûlure, toxique et pathogénèse de la réponse immunitaire In: 8e édition, Congrès Armand-Frappier 2013, 14-16 novembre 2013, Orford (Québec).

[img]
Prévisualisation
PDF - Version publiée
Télécharger (160kB) | Prévisualisation

Résumé

Les brûlures sévères induisent une perturbation du système immunitaire menant à un état d’immunosuppression, ce qui augmente la susceptibilité aux infections nosocomiales. Les études ont démontré suite à une brûlure une polarisation de la différenciation des cellules T CD4+ vers une réponse de type Th2, c’est-à-dire anti-inflammatoire. Il a récemment été démontré que le récepteur des hydrocarbures aromatiques (AhR) peut moduler la différenciation des cellules T CD4+ en faveur des cellules T régulatrices (Treg) et en défaveur des cellules Th17. Puisque la combustion incomplète de matières organiques lors d’un feu conduit à la libération dans la fumée d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAPs) et de dioxine, nous croyons qu’il soit possible que ce récepteur influence la différenciation des lymphocytes T CD4+. L’immunosuppression suite à une brûlure pourrait donc être liée à l’augmentation des cellules Treg et à la diminution des cellules Th17, attribuable à l’activation du AhR par des ligands formés lors d’une combustion. L’objectif de notre projet est de déterminer si le récepteur AhR en présence de ligand peut influencer la génération de populations cellulaires telles que les Treg plutôt que les cellules pro-inflammatoires de type Th1 et Th17. Pour ce faire, les différentes populations T CD4+ vont être déterminées par cytométrie en flux à partir du sang des grands brûlés et de pompiers exposés aux produits de combustion de la fumée. Le profil des cytokines présentes dans le sérum des patients et pompiers sera déterminé à l’aide d’une micropuce d’anticorps ciblant des cytokines inflammatoires et anti-inflammatoires. La présence de ligands naturels ou exogènes sera dans un premier temps déterminée à l’aide d’un système de gène rapporteur incluant l’élément de réponse aux xénobiotiques (XRE) — luciférase et confirmée par HPLC. Des études de corrélation nous permettront d’établir le rôle du AhR dans le profil de cellules CD4+ chez les grands brûlés et les pompiers.

Type de document: Document issu d'une conférence ou d'un atelier
Informations complémentaires: Présentation par affiche
Mots-clés libres: -
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 05 janv. 2018 16:12
Dernière modification: 05 janv. 2018 16:12
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/6199

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice