Dépôt numérique
RECHERCHER

Pratiques et stratégies spatiales des employées de bureau montréalaises dans un contexte de décentralisation économique.

Chicoine, Nathalie (2001). Pratiques et stratégies spatiales des employées de bureau montréalaises dans un contexte de décentralisation économique. Thèse. Montréal, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Doctorat en études urbaines, 394 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (24MB) | Prévisualisation

Résumé

Cette thèse vise à cerner les rapports qui s'établissent entre les récentes dynamiques métropolitaines et la vie quotidienne des populations. Nous nous intéressons aux pratiques et aux stratégies spatiales des populations dans un contexte de tertiarisation de l'économie, d'essor des banlieues en tant que pôles résidentiels et économiques, et d'accroissement de la mobilité des populations. Les rapports entre l'espace et les trajectoires professionnelles de femmes ont plus particulièrement retenu notre attention, car la géographie de l'emploi féminin et masculin est différenciée, la mobilité spatiale des femmes est plus contrainte que celle des hommes et leur insertion professionnelle demeure, encore aujourd'hui, problématique, malgré leur participation accrue au marché du travail. Cet intérêt pour l'articulation du rapport des femmes à l'espace et à l'emploi force une réflexion sur l'articulation des lieux de production et de reproduction car, dans notre société, c'est encore souvent sur les femmes que se focalisent les contradictions et les tensions entre ces deux sphères. Il est donc essentiel, pour saisir la nature de ce rapport espace/emploi, de tenir compte des multiples dimensions de ce qu'on appelle «vie quotidienne». De façon spécifique, notre travail consiste à analyser comment la relocalisation à la périphérie d'emplois de bureau auparavant situés au centre de l'île influe sur l'accessibilité spatiale à l'emploi du personnel féminin. Traditionnellement, en études urbaines, on a passablement documenté les motivations des entreprises au moment d'une relocalisation, mais on s'est peu intéressé aux effets de telles transformations sur la vie quotidienne des populations urbaines. En 1991, selon des données statistiques inédites que nous avons obtenues, les employées de bureau représentent un peu plus du tiers de la main-d'oeuvre féminine active de la région métropolitaine de Montréal. Leurs emplois sont localisés au centre dans 62 % des cas, ils sont plus concentrés que ceux des travailleuses de la vente, mais moins que ceux des professionnelles, des autres cols blancs ou des ouvrières. Par contre, 50 % des employées de bureau résident en banlieue, et c'est d'ailleurs au sein de ce groupe que le déficit entre l'offre et la demande de main-d'oeuvre au centre est le plus marqué. Cela se traduit par l'importance du flux résidence/emploi de la banlieue en direction du centre. Cette thèse propose une analyse des points de vue à la fois de la direction et des employées sur les dimensions spatiales de la relocalisation, ainsi que de leurs interrelations, ce qui enrichit la lecture du phénomène. Des entretiens auprès des employeurs furent réalisés afin de documenter les motivations soutenant le mouvement de relocalisation et, notamment, le poids du facteur main-d'oeuvre dans leur stratégie de localisation. Pour justifier la décentralisation, des motifs de réduction des coûts d'exploitation ou encore d'imposants besoins en espace sont invoqués. En ce qui a trait au choix du nouvel emplacement, le poids du facteur main-d'oeuvre s'est avéré loin d'être négligeable. Par ailleurs, la relocalisation se traduit par des transformations significatives des façons de faire au sein des entreprises. Enfin, la réalisation d'une vingtaine d'entretiens auprès de femmes employées de bureau, qui représente la majeure partie de notre travail en termes du volume d'informations recueillies à tout le moins, permet de retracer leurs cheminements professionnels et résidentiels, leur potentiel et leurs pratiques de mobilité pendulaire ainsi que l'évolution de la composition de leur ménage et des dynamiques de conciliation travail/famille, et ce, sur un grand nombre d'années. De ce point de vue, notre travail se distingue des études en mobilité pendulaire, notamment, qui reposent souvent sur des «instantanés» de comportement à un moment donné et ne permettent pas de rendre compte de la complexité des stratégies spatiales déployées sur une période de quelques années. Nous avons observé que les impacts de la relocalisation sont majeurs et concernent toutes les facettes de la vie quotidienne des employées. Dans un tel contexte, différents types de stratégies sont déployées: déménagements, changement de modes de transport, modification des horaires de travail et redéfinition du partage des tâches domestiques. Les résultats présentés contribueront aux débats entourant certains des grands enjeux sociaux contemporains, à savoir l'insertion professionnelle des femmes, la déconcentration des activités économiques, l'étalement urbain, la question des transports ainsi que la conciliation travail/vie quotidienne. Mais sur un autre plan, cette thèse met en relief la pertinence de raffiner les théories explicatives qui proposent une lecture de l'insertion professionnelle basée sur les rapports qu'entretiennent la géographie résidentielle, la distribution de l'emploi et la mobilité pendulaire, soit le spatial entrapment et le job-housing spatial mismatch. Cette démarche permet aussi d'apprécier la richesse d'un cadre conceptuel structuré autour de la notion de vie quotidienne dans la compréhension des dynamiques métropolitaines.

Type de document: Thèse
Directeur de mémoire/thèse: Rose, Damaris
Mots-clés libres: Rapport; femme; espace; emploi; trajectoire professionnelle; décentralisation; déplacement; activité; bureau; économie; effet; employé; entreprise; horaire; mobilité intramétropolitaine; Montréal; périphérie; pratique; vie quotidienne; relocalisation; travail.
Centre: Centre Urbanisation Culture Société
Date de dépôt: 28 juin 2012 15:54
Dernière modification: 20 juill. 2015 12:58
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/4

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice