Dépôt numérique
RECHERCHER

Stratigraphie des biphényles polychlorés dans des carottes de sédiment du fleuve Saint-Laurent et de lacs du Québec méridional.

Laperruque, Claire (2015). Stratigraphie des biphényles polychlorés dans des carottes de sédiment du fleuve Saint-Laurent et de lacs du Québec méridional. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 74 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Les biphényles polychlorés (BPC) sont des composés toxiques, persistants et liposolubles qui ont une forte tendance à se bioamplifier dans la chaîne alimentaire. Dans cette étude, les BPC contenus dans des échantillons de sédiment d’une carotte du fleuve Saint-Laurent et de carottes de deux petits lacs du sud du Québec ont été mesurés par la technique de chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse. La carotte du fleuve Saint-Laurent fut prélevée à un site situé à proximité (~ 40 km) de l’exutoire du lac Ontario. L’un des lacs dans lequel les sédiments furent prélevés, soit le lac Du Syndicat, est situé dans la péninsule gaspésienne non loin de la petite localité de Murdochville. L’autre lac, en l’occurrence le lac Tantaré, se trouve dans une réserve écologique située à environ 40 km au nord-est de la ville de Québec. Dans ces deux lacs, les contaminants ne peuvent que provenir de l’atmosphère car leurs bassins versants n’ont jamais été habités ou exploités par l’homme. Le taux d’accumulation et l’âge des sédiments aux divers sites avaient antérieurement été déterminés par la méthode géochronologique du 210Pb. Les résultats obtenus suggèrent que le lac Ontario, où le fleuve Saint-Laurent prend sa source, ne représente pas la source principale des BPC qui circulent et se déposent dans le fleuve, au niveau de ses parties médiane et inférieure, et dans son estuaire. Ils mettent de plus en évidence que le taux d’accumulation des BPC dans les sédiments du fleuve a atteint un sommet vers la fin des années 1970, puis diminua fortement dans la décennie qui suivit. Le taux d’accumulation des BPC dans les sédiments des lacs a par ailleurs suivi une tendance temporelle comparable à celle qui se dégage des sédiments du fleuve Saint-Laurent mais les valeurs y sont cependant plus faibles que celles trouvées au site fluvial auquel on s’est intéressé dans ce travail. Cette recherche révèle de surcroît qu’entre 1 et 10 % seulement de la totalité des BPC accumulés au total dans tout l’estuaire du Saint-Laurent depuis le début de la contamination environnementale par ces composés proviendraient de l’atmosphère. La grande majorité des BPC contenus dans les sédiments de l’estuaire, soit 8700 kg selon une étude antérieure, aurait plutôt pour sources les eaux usées industrielles et domestiques rejetées le long des rives du fleuve, en particulier à proximité de la grande région de Montréal.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Gobeil, Charles
Co-directeurs de mémoire/thèse: Tessier, André
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: contaminants organiques; biphényles polychlorés; BPC; carotte de sédiment; dépôt atmosphérique; fleuve Saint-Laurent; lacs; Québec méridional
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 09 juin 2015 21:30
Dernière modification: 28 juin 2016 21:00
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2668

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice