Dépôt numérique
RECHERCHER

Effets de l’expression des récepteurs estrogènes alpha et bêta sur la différenciation de cellules promyéloides HL-60 en neutrophiles

Hénault, Jill (2002). Effets de l’expression des récepteurs estrogènes alpha et bêta sur la différenciation de cellules promyéloides HL-60 en neutrophiles Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en sciences expérimentales de la santé, 137 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Les estrogènes sont des hormones capables d'affecter le système immunitaire. Il a été démontré que les estrogènes peuvent même moduler la maturation et le développement des cellules immunitaires dans la moelle osseuse et le thymus. Les mécanismes sous­ jacents à cette modulation sont cependant encore très mal compris. Puisque les effets des estrogènes sont principalement médiés par l'entremise de récepteurs nucléaires, les récepteurs estrogènes alpha (ERa.) et bêta (ER ), et que ces récepteurs sont exprimés dans la plupart des cellules matures et immatures du système immunitaire, nous avons étudié de rôle de ERa. et ERlors de la maturation de cellules immunitaires humaines. Pour ce faire, un modèle de différentiation cellulaire in vitro a été utilisé : la différenciation de cellules humaines promyéloïdes HL-60 en neutrophiles par incubation avec du diméthyl sulfoxide (DMSO). Les cellules HL-60 n'exprimant pas de façon endogène le ERB et exprimant très peu le ERa, il a été possible de les transfecter pour faire en sorte qu'elles surexpriment ERa. (HL - 60a) ou ER(HL -60B). Ces cellules nous ont permis d'étudier de façon spécifique le rôle de chacun des récepteurs estrogènes dans le contexte d'une différenciation cellulaire. Les cellules HL-60, HL-60a et HL-60B ont été incubées pendant cinq jours dans un milieu contenant 1.25% de DMSO et différentes concentrations physiologiques de 17 ­ estradiol (0 M, 10-8 M et 10-6 M). Les effets de la surexpression de ERa. et ERsur la concentration, la viabilité et la morphologie cellulaire ainsi que sur la présence de différents marqueurs de différenciation ont été analysés. En accord avec la littérature, nos résultats montrent que la viabilité des cellules HL-60 diminue lors d'une exposition au DMSO et que, parallèlement, le pourcentage de cellules exprimant des marqueurs de différentiation augmente, indiquant que les cellules se différencient en neutrophiles. Les mêmes résultats ont été obtenus pour les cellules HL- 60a. Cependant, contrairement aux cellules HL-60 et HL-60a, la viabilité des cellules HL-60n'est pas diminuée lors du traitement au DMSO. De plus, le pourcentage de cellules HL-60exprimant des marqueurs de différentiation n'est pas augmenté de façon significative même après cinq jours d'exposition au DMSO. Une étude morphologique montre également des différences entre la forme du noyau des cellules HL-60P et des cellules HL-60 et HL-60a. Nos recherches permettent donc de conclure qu'en présence de DMSO, la surexpression de ERdans les cellules HL-60 influence négativement la différenciation de ces cellules en neutrophiles. Il a également été observé que 1'ajout de différentes concentrations de 17B-estradiol dans le milieu de culture lors de l'exposition au DMSO n'influence aucun des résultats obtenus lors de cette étude. Les effets modulatoires de ERsur la différentiation des cellules HL- 60 en neutrophiles sont donc de nature ligand indépendantes. Les résultats obtenus lors de cette étude montrent pour la première fois qu'une modulation de l'expression de ERB dans une cellule immunitaire promyéloïde peut avoir un impact sur sa différentiation en cellule immunitaire plus mature et ce, même en absence d'estrogènes. La découverte du ERB est relativement récente et son rôle dans les cellules immunitaires est encore bien mal connu. Il est évident que des recherches plus approfondies sur le rôle de ce nouveau récepteur pourrait éventuellement nous permettre de mieux comprendre par quels mécanismes ce dernier influence la différentiation cellulaire.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Bernier, Jacques
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: recepteur ; estrogene ; promyeloides ; hl-60 ; neutrophile
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 sept. 2015 14:57
Dernière modification: 20 nov. 2015 16:02
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2332

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice