Dépôt numérique
RECHERCHER

Rôle de la transcortine dans la régulation de la biodisponibilité des glucocorticoïdes à la suite d’une brûlure sévère : conséquences pour le système immunitaire.

D’Élia, Michele (2002). Rôle de la transcortine dans la régulation de la biodisponibilité des glucocorticoïdes à la suite d’une brûlure sévère : conséquences pour le système immunitaire. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en sciences expérimentales de la santé, 168 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Les brûlures sévères engendrent des changements importants au niveau des systèmes endocrinien et immunitaire. Les patients gravement brûlés montrent une réponse immunitaire réduite causée notamment par la baisse du nombre et de l'activité des cellules T. De plus, des niveaux élevés de cortisol (Cort) total dans la circulation résultant de l'activation de l'axe hypothalarno-hypophysaire surrénalien (HPA) sont mesurés chez ces derniers. Le Cort est la plus importante et le plus abondante hormone de stress. Le contrôle de son activité biologique est assuré par la transcortine ou corticosteroid-binding globulin (CBG) qui séquestre l'hormone et y effectue son transport dans la circulation. Peu d'études se sont intéressées à montrer comment la brûlure agit sur les niveaux de CBG et affecte ainsi le contrôle de la fraction libre de l'hormone. Seul le cort libre est biologiquement actif. Outre son importance dans la réponse associée au stress, le Cort possède une forte activité immunomodulatrice. Lors d'une brûlure sévère la relation entre les changements observés au niveau de la production et du transport des hormones de stress et les perturbations du système immunitaire sont peu connus. Notre premier objectif fut de démontrer comment la brûlure sévère régulait la biodisponibilité du Cort, donc les effets de l'hormone sur le système immunitaire. Nous avons caractérisé les niveaux plasmatiques de Cort et de CBG et déterminé l'effet de la brûlure sur les populations du thymus. L'une des considérations importantes à la suite d'un stress est la gestion de la douleur par l'utilisation des opiacés. En effet, certaines de ces drogues peuvent perturber l'activité des systèmes endocrinien et immunitaire. L'un des objectifs de notre étude a donc été de déterminer l'effet de la buprénorphine (Bup), une drogue agoniste à la morphine employée dans le contrôle de la douleur, sur l'activité de 1'axe HPA. Cette étude était nécessaire pour nous permettre de discriminer l'effet de la drogue de celui de la brûlure sévère. Afin de répondre à ces objectifs, nous avons utilisé le modèle murin de la brûlure couvrant 20% de la surface totale du coprs de 1'animal (TBSA). L'opiacé fut administré aux souris via une minipompe osmotique placée au niveau de l'abdomen. Nous avons étudié à différents temps suivant la brûlure les changements au niveau de la CBG et de la forme du Cort. Parallèlement une analyse du statut du système immunitaire a été effectuée. Ainsi, nos expériences ont permis d'établir les cinétiques relatives à la réponse endocrinienne et immunitaire suivant la brûlure et ce, pour une période allant du jour 0 au jour 1O. Pour chacun des temps, nous avons mesuré les paramètres suivants: le Cort total, le Cort libre, la capacité de liaison de la CBG, les niveaux plasmatiques de cette protéine ainsi que 1'expression de son gène dans la foie. Parallèlement, nous nous sommes intéressés à caractériser les populations du thymus en évaluant par phénotypage, le niveau de maturité et l'importance relative des sous-populations lymphocytaires. Nos travaux nous ont permis de conclure que la Bup affectait faiblement l'activité de l'axe HPA sans causer de changements au niveau du sytème immunitaire. Donc, l'emploi de cet analgésique, dans la contexte de la brûlure sévère, ne posait aucun problème puisque son effet était négligeable sur les paramètres que nous voulions tester. Ceci suggère l'utilisation préférentielle de cette drogue dans le traitement de la douleur chez des patients gravement brûlés. Par ailleurs, nos travaux ont permis d'affirmer que les niveaux de Cort libre mesurés après une brûlure sévère étaient contrôlés conjointement, par une hausse de la production de l'hormone ainsi que par une baisse de son transporteur spécifique, la CBG. Nos résultats démontrent une diminution marquée de l'expression du gène de la CBG dans le foie se soldant par le déclin de la production de cette protéine et une baisse significative de sa concentration dans le sérum. Ceci eut pour effet de réduire le nombre de sites de liaison disponibles dans le sang pour transporter le Cort, d'où une augmentation de la fraction libre, biologiquement active de l'hormone. Conséquemment, une atrophie thymique reliée exclusivement à la diminution des cellules T immatures cortico-sensibles fut observée. Nos résultats ont permis de mieux comprendre la régulation qu'exerce la CBG sur la biodisponibilité des hormones de stress et donc, de mieux cibler leurs effets sur le système immunitaire, principalement sur les cellules cortico-sensibles du thymus.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Bernier, Jacques
Mots-clés libres: brulure ; cortisol ; cort ; cbg ; transcortine ; gc
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 sept. 2015 14:48
Dernière modification: 17 août 2016 17:55
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/2316

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice