Dépôt numérique
RECHERCHER

Suivi de la qualité de l'eau de ruissellement, de l'eau de percolation et du sol à la suite de l'épandage de boues d'épuration des eaux usées urbaines en érablière.

Roy, Marie (1995). Suivi de la qualité de l'eau de ruissellement, de l'eau de percolation et du sol à la suite de l'épandage de boues d'épuration des eaux usées urbaines en érablière. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique, Maîtrise en sciences de l'eau, 199 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (19MB) | Prévisualisation

Résumé

La transcription des symboles et des caractères spéciaux utilisés dans la version originale de ce résumé n’a pas été possible en raison de limitations techniques. La version correcte de ce résumé peut être lue en PDF.

Une alternative à l'incinération ou à l'enfouissement des boues d'épuration des eaux usées municipales est leur valorisation comme fertilisant dans le secteur forestier. Les différents impacts de la valorisation sylvicole des boues doivent être vérifiés sous les conditions climatiques, édaphiques et hydrologiques du Québec. Cette étude évalue les risques de contamination de l'eau de ruissellement, de l'eau de percolation et du sol, à la suite de l'application de boues résiduaires urbaines dans une érablière. Des doses de boues séchées de 0,200,400 et 800 kg N disponible ha-1 ont été appliquées à l'été 1993, et des doses de 200 et 400 kg N disponible ha-1 ont été appliquées à l'automne 1993, en surface du sol de l'érablière expérimentale de Tingwick. Les éléments nutritifs (N, P, K, Ca et Mg) et les métaux associés aux boues (AI, Cd, Cu, Fe, Mn, Pb et Zn) ont fait l'objet d'un suivi au cours des saisons de croissance 1993 et 1994. Les conditions climatiques qui ont prévalu au cours de ces deux saisons ont occasionné peu de ruissellement en présence du couvert forestier. D'autre part, la concentration de N03 mesurée dans l'eau des Iysimètres, installés à 30 cm de profondeur, a atteint 54 mg N L-1 en 1993 et 107 mg N L-1 en 1994. Les NH4, P, K, Ca, Mg, Mn, AI, Fe, Cd et Zn ont aussi subi un lessivage significativement plus élevé dans les parcelles traitées. Au niveau des horizons LH, Bf et C du sol, les métaux ne se sont pas accumulés de façon significative. Le lessivage des nitrates à la suite d'une application de boues à la dose maximale recommandée pour la valorisation sylvicole des boues (200 kg N disponible ha-1) indique un dépassement de la capacité d'assimilation de l'azote par l'écosystème forestier étudié. De plus, l'augmentation de l'aluminium dans la solution du sol représente un potentiel de toxicité pour la flore forestière et pour les écosystèmes aquatiques adjacents aux zones traitées. Le critère relatif à la dose maximale recommandée pour la valorisation sylvicole des boues (200 kg N disponible ha-1) n'apparaît pas suffisamment rigoureux pour éliminer tout risque de contamination d'un écosystème forestier comme celui de l'érablière expérimentale de Tingwick.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Couillard, Denis
Co-directeurs de mémoire/thèse: Campbell, Peter G.C.; Camiré, Claude
Informations complémentaires: Résumé avec symboles
Mots-clés libres: qualité; contamination; eau de ruissellement; eau de percolation; eau usée; sol; épandage; boues d'épuration; érablière
Centre: Centre Eau Terre Environnement
Date de dépôt: 17 févr. 2014 19:41
Dernière modification: 17 mars 2016 13:26
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1960

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice