Dépôt numérique
RECHERCHER

Modulation de la réponse immunitaire de truites arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) engendrée par une exposition aux effluents municipaux de l’île de Montréal ou aux substances d’intérêt prioritaires (4-nonylphénol) générées par les stations d’épuration.

Hébert, Nancy (2004). Modulation de la réponse immunitaire de truites arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) engendrée par une exposition aux effluents municipaux de l’île de Montréal ou aux substances d’intérêt prioritaires (4-nonylphénol) générées par les stations d’épuration. Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en sciences expérimentales de la santé, 141 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Au cours des dernières décennies, diverses études ont établi le potentiel toxique des rejets provenant de diverses industries et usines. Néanmoins, peu d'intérêt a été attribué aux usines qui recueillent les déchets liquides. La Station d'épuration de la ville de Montréal reçoit les eaux usées en provenance de plusieurs secteurs soit industriel, commercial, institutionnel, domestique (incluant les déchets sanitaires), les eaux de ruissellement et finalement les eaux de lixiviation des anciens dépotoirs de 1 'île de Montréal. Ces eaux usées sont épurées par un traitement physico­ chimique puis rejetées dans le fleuve Saint-Laurent au niveau de l'île aux Vaches. Toutefois, la Station d'épuration rencontre deux problèmes majeurs. En effet, lors de pluies abondantes ou de la fonte des neiges, la capacité maximale de traitement de la Station d'épuration s'avère atteinte et cette dernière rejette des eaux usées non traitées. De plus, suite à un moratoire des gouvernements fédéral et provincial, il lui a été interdit d'utiliser ses installations de désinfection au chlore et par conséquent, la Station d'épuration ne désinfecte pas les effluents avant de les rejeter. Ainsi, malgré le traitement physico-chimique, les effluents en provenance de l'île de Montréal contiennent un niveau significatif de matière en suspension et ils présentent une forte demande biologique/chimique en oxygène et teneur en micro-organismes. Le but de cette étude consiste à évaluer le potentiel toxique des effluents municipaux ainsi qu'une substance d'intérêt prioritaire, le 4-nonylphénol, généré par la Station d'épuration sur le système immunitaire de la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss) juvénile. Le potentiel immunotoxique des effluents a été évalué sous divers aspects. Tout d'abord, en déterminant l'effet de diverses concentrations d'effluent, ensuite en établissant la contribution des polluants insolubles (hydrophobes) qui adhèrent aux matières en suspension et des polluants solubles (hydrophiles), puis enfin, en évaluant l'impact de divers procédés de désinfection tels que l'acide peracétique, la radiation UV et l'ozone. Les compétences immunitaires des truites ont été évaluées par trois essais immunologiques soit la phagocytose, l'essai de cytotoxicité ayant comme effecteur les cellules non spécifiques cytotoxiques (NCC) et enfin, la transformation lymphoblastique. L'essai de la phagocytose consiste à évaluer la capacité des phagocytes à engouffrer des particules étrangères et ainsi à défendre l'organisme. Les cellules effectrices NCC éliminent les cellules cancéreuses (souche humaine YAC-1) en les tuant de manière spontanée. La transformation lymphoblastique évalue la capacité des lymphocytes à proliférer afin de mettre en place une réponse immunitaire spécifique. L'essai de la phagocytose a démontré un effet immunodépresseur lorsque les truites ont été exposées au nonylphénol. Les expositions de type courbe dose-réponse ont démontré une modulation inversée reliée à divers facteurs tels que la composition des effluents, la concentration d'effluent employée ainsi que le temps d'exposition. Les poissons exposéaux polluants hydrosolubles et hydrophobes ont démontré une stimulation de l'activité des phagocytes. Les trois procédés de désinfection n'ont eu aucun effet sur les macrophages. Une augmentation significative du pourcentage de mortalité des cellules cancéreuses a été observée chez les truites exposées à une concentration environnementale de nonylphénol. Aucun effet n'a été noté pour les autres effluents. Les poissons exposés au nonylphénol ont démontré une stimulation de la prolifération des lymphocytes T et B à court terme. Les expositions de type courbe dose-réponse ont présenté une stimulation de la prolifération des lymphocytes T et B (variant selon la concentration d'effluent employée) à court terme et une suppression de la prolifération des lymphocytes T à long terme. Aucun effet n'a été observé lors de l'exposition aux fractions soluble et insoluble. Les truites exposées à l'acide peracétique et l'ozone ont respectivement montré une prolifération des lymphocytes Tet aucun effet au niveau des lymphocytes B. Aucun effet n'a été observé pour le effluents désinfectés aux UV. En conclusion, l'exposition aux effluents municipaux engendre des effets immunotoxiques, tant à la hausse qu'à la baisse, résultant notamment de la composition complexe des polluants, de leur concentration ainsi que du temps d'exposition. Ces résultats démontrent un désordre au niveau du système immunitaire pouvant entraîner une diminution globale de l'état de santé d'organismes vivants.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Fournier, Michel
Mots-clés libres: eaux usees ; epuration ; effluent ; lymphocyte ; polluant cancer
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 16 déc. 2013 19:35
Dernière modification: 14 déc. 2015 19:59
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/1827

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice