Dépôt numérique
RECHERCHER

Caractérisation biologique d'un virus isolé chez la luzerne

Bouchard Gagnon, Arianne (2006). Caractérisation biologique d'un virus isolé chez la luzerne Mémoire. Québec, Université du Québec, Institut National de la Recherche Scientifique, Maîtrise en virologie et immunologie, 77 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La découverte d'un ARN codant pour une ARN-dépendante ARN-polymérase (RdRp) virale dans une lignée de luzerne a suscité l'intérêt de la compagnie Médicago lnc. Comme l'utilisation des plantes constitue leur plate-forme de production de protéines recombinantes, la caractérisation de ce présumé virus devenait très intéressante. En effet, il est possible de se servir des virus comme un vecteur d'expression pour la production de protéines recombinantes. Notre hypothèse de travail était donc d'identifier les autres composantes qui sont associées avec la RdRp et d'évaluer le potentiel de ce virus comme vecteur d'expression. Pour arriver à démontrer notre hypothèse, une extraction de l'ARN viral a été effectuée suivie d'une purification sur gel. Cet ARN purifié a été cloné et inséré dans un vecteur pour qu'il soit séquencé. En comparant les séquences obtenues avec celles disponibles dans les banques de données, une homologie de séquence a été obtenue avec une capside virale. Afin de s'assurer que la luzerne possède des particules virales, une série d'ultracentrifugations sur gradient de sucrose a été effectuée afin d'isoler des particules virales. Des particules virales ont pu être isolées et observées en microscopie électronique. Les données obtenues nous ont permis de déterminer la dimension et la structure du virus. L'analyse des données obtenues nous a permis de conclure qu'un virus de la famille des partivirus infectait notre luzerne, soit Oneida 2. La difficulté de son isolement nous a permis de constater qu'il se trouvait en faible quantité dans la plante infectée. L'utilisation de ce virus comme vecteur protéique est donc peu probable, puisqu'il infecte les plantes en trop faible quantité. On obtiendrait un faible rendement de production. Notre hypothèse de recherche s'est révélée confirmée puisque les lignées de plantes positives pour la RdRp sont porteuses d'un virus.

Type de document: Mémoire
Directeur de mémoire/thèse: Laliberté, Jean-François
Co-directeurs de mémoire/thèse: D'Aoust, Marc-André
Mots-clés libres: vecteur ; recombinant ; proteine ; virus ; luzerne
Centre: Centre INRS-Institut Armand Frappier
Date de dépôt: 04 juill. 2013 13:59
Dernière modification: 18 déc. 2015 16:32
URI: http://espace.inrs.ca/id/eprint/147

Actions (Identification requise)

Modifier la notice Modifier la notice